xDEATHSTARx - We are the threat (2007)

publié par Fabien le 12 mars 2007

Parmi les signatures récentes de Facedown, une a assez rapidement attiré mon attention. Avec ses 2, 3 ou 4 chanteurs (ça a l’air d’être assez mouvant, le chiffre n’est pas le même sur le label et sur le site du groupe), et un moshcore super brutal, un peu à la Nueva Etica, pour ceux qui connaissent, xDeathstarx ne passe pas inaperçu.


JPEG - 22 ko
xdeathstarx-wearethethreat-2007

Album très attendu, donc (un des trois plus attendus de l’année, pour moi), mais sans grande illusion quand à l’originalité de l’objet, et avec quelque gros doutes quand à la qualité d’enregistrement. En effet, les précédents essais sont d’une qualité plus que passable, et les premiers extraits laissaient présager du pire.

C’est donc avec une impatience mélée d’un peu d’appréhension que j’ai déballé l’objet. Une fourre assez agressive, que ce soit au niveau du titre de l’album, du graphisme du nom, ou de l’image, qui met pas mal dans l’ambiance, je glisse le cd dans le lecteur, et là, je prends la claque de l’année. Le genre de baffe qui laisse une belle trace rougeâtre sur les joues et un arrière-goût fade dans la bouche.. Il ne faut pas plus de 10 secondes à xDeathstarx pour imposer son son rentre-dedans, ses guitares affutées, et ses vocaux radicaux. Mais vous n’êtes pas au bout de vos surprises, puisque la chanson-titre comporte un des singalongs les plus impressionnants qu’il m’ait été donné d’entendre ces dernières années, chanté (avec donc une mélodie), ce qui donne à la chose une ampleur et une puissance qui laisse pantois... La pression ne redescend à aucun moment, pas un morceau calme pour laisser respirer l’auditeur, pas un titre susceptible d’intéresser les radios, bref, intègre et radical jusqu’au bout des ongles. Le disque arrivé au bout, on ne peut que le remettre au début pour un nouveau tour de manège, et au fil des écoutes, il dévoile une finesse qui est bien la dernière chose que j’attendais de ce groupe : des morceaux admirablement construits, des lignes de guitares qui vont bien au-delà des power chords chers au genre, et des parties chantées ou presque chantées, qui, loin de ramollir l’ensemble apportent une ampleur tout à fait appréciable.

Quand aux paroles, les titres des morceaux en eux-mêmes sont assez éloquents, mais elles valent vraiment la peine qu’on y prête plus qu’un regard discret, entre encouragements et textes politiques, tout est très clair sans être assommant, ni ressembler à une prêche.

Elles sont loin, toutes mes appréhensions quand à la qualité d’enregistrement, qui, si elle n’est effectivement pas du tout léchée, confère au tout une cohérence qui fait plaisir à entendre.

Alors bien sûr, on peut soupirer après le manque d’originalité (ben ouais, ils font du brutal moshcore, pas de l’expérimental), on peut regretter le peu de différence entre les voix, au point de se demander si ça valait vraiment la peine d’avoir plusieurs chanteurs, ou encore s’interroger si les screamers n’ont pas poussé le singalong un peu loin dans la chanson the great opiate, mais on peut aussi se dire qu’un tel disque fait vraiment plaisir à entendre, et à ré-écouter. Le hardcore se porte bien en ce début d’année 2007, et xDeathstarx nous en donne la preuve, avec un disque sans concession qui sera difficile à détrôner de mon best of de l’année, voire même de mon lecteur ces prochains temps...

xDeathstarx : www.myspace.com/xdeathstarx
Facedown Records : www.facedownrecords.com


Share |
Imprimer ce document