Wounded Records

publié par Frère Informatique le 9 juin 2008

Voilà bientôt une année et demie qu’Eternel.ch vous propose, via son shop en ligne, les productions du label américain Wounded Records. Bien qu’encore peu connu en Europe, WR a soufflé ses dix bougies il y a quelques semaines. Une occasion qu’il ne fallait pas rater pour mieux faire connaitre auprès de nos lecteurs ce sympathique label. Entretien avec Tonja Duncan, co-responsable de Wounded Records.


Joce (FrereInfo, Eternel.ch) : Parles-nous de votre label, comment est-ce que ça a commencé ?

Tonja : WR a été démarré en 1998 par Jeremiah Duncan. A cette époque le label se trouvait à Lima, une petite ville de l’Ohio. Jeremiah était membre du groupe punk Taunt. C’était le premier groupe punk de la scène de cette ville conservatrice. Il fallait non seulement se battre pour que ta musique soit produite, mais aussi pour que les radios locales la passent. Il n’y avait pas d’ordinateur ni de graveurs de cd dans chaque maison. Le matériel de promo, c’était la cassette et pas le CD. Bryant et moi-même soutenions les groupes locaux et les jeunes groupes qui essayaient de faire quelque chose de leur talent. Nous avons tourné avec Taunt et nous sommes occupé du management, du son et du booking pour le groupe. ses membres étaient à l’école secondaire à cette période.
Au vu de toutes les difficultés rencontrées, Jeremiah décida de sortir une compilation cd avec essentiellement des groupes de l’Ohio. Ceci s’est avéré être une excellente occasion pour les groupes de partager leurs expériences.
Le titre de cette première production était ’Battered and Bruised’ et proposait des groupes rock, punk et hardcore. Tim Lewis, jeune pasteur et manager du groupe Broken Yoke, accueilla dans son église la fête organisée pour le vernissage du CD. La communauté avait elle aussi aidé à la promotion de cet événement. Le Real Esate Brokers local, des magasins de beauté et des revendeurs automobiles l’avaient aussi soutenu. Rock for Life était là. Quasi chaque groupe présent sur la compilation est venu pour le vernissage. Ce fut un succès !

Joce : D’où vient le nom Wounded Records

Tonja : Wounded Records tire son nom des Écritures.
Esaïe 53:5 - Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités ; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris.

Joce : Wounded Records fête ses dix ans d’existence, quel a été son développement, quel est ton meilleur souvenir et quels sont les plans à long terme ?

Tonja : De 1999 à 2001, sept projets ont vu le jour. Jeremiah a rejoint le groupe appelé The Redemption Song ( Facedown/StrikeFirst ), s’est marié et a passé une année de mission en Haïti. Le label était un peu en veilleuse. Bryant et moi-même (les parents de Jeremiah) avions toujours à coeur une scène musicale chrétienne qui puisse toucher les jeunes, la scène alternative, ainsi que de l’amour pour le metal, le punk et le hardcore, nous avons donc décidé de prendre en main le label. Nous voulions faire perdurer le rêve commencé par Jeremiah.

Nous avons ainsi sorti 10 albums de 2003 à aujourd’hui et plusieurs autres sont en préparation.
Nous nous efforçons de continuer le label avec intégrité et à force de beaucoup de travail.

Mon meilleur souvenir, c’est quand une fille de Colombus (Ohio) est venue me dire que sans Taunt, un groupe de Wounded Records , elle se serait suicidée. La musique l’avait aidée à se sentir mieux quand elle avait été déprimée. Elle avait eu des problèmes domestiques et prenait de la drogue. La musique peut toucher l’âme d’une personne lorsque rien d’autre ne le peut. Nous voulons que la musique de Wounded Records soit positive et édifiante.

Les plans à long terme seraient de devenir un label à succès qui soit reconnu... et devenir une force majeure dans l’industrie et ainsi pouvoir aider nos groupes à devenir tout ce qu’ils souhaitent être.

Joce : Quelle a été l’évolution de WR en une décennie ? (choix musicaux, modes, ...)

Tonja : En 1998, la majorité de la scène était punk et ska. Les compétitions de skateboard et de rollers étaient importantes dans les milieux chrétiens. Les églises commençaient à faire des exceptions pour leurs jeunes. Ensuite, peu d’années après, la musique hardcore est arrivée sur le devant de la scène avec Zao. La première femme à chanter dans le hardcore dont je me rappelle faisait partie du groupe The Pink Daffodils. Il était sur le label indépendant Sofa Records. Bien entendu, Wounded Records a aussi avec le groupe Neviah Nevi une chanteuse hardcore, DeAngela Cozier.

Joce : Quels sont les facteurs qui motivent votre choix de signer un groupe ?

Tonja : Nous voulons tout d’abord savoir quelle est leur relation avec Jésus, leur étique professionnelle, leur talent et enfin leur performance scénique.

Joce : Quelles sont les sorties prévues pour cette année ?

Tonja : Nous avons plusieurs nouvelles sorties prévues cette année. Elles seront annoncées prochainement.

Joce : Quelle est la plus belle chose que tu as récemment vu être faite par un chrétien ? En quoi est-ce que ça t’a fait pensé à cette foi vue en action par les autres ?

Tonja : Une de nos proches qui a travaillé sans compter avec Bryant et moi pour Out Reaches, Youg Adult Ministry et Wounded Records. C’était une jeune femme au coeur d’or qui aimait vraiment les gens et qui faisait tout ce qu’elle pouvait pour servir Dieu. Nous l’avions prise avec nous au Cornerstone Festival en compagnie d’autres jeunes de notre église pour nous aider au stand Wounded Records.
Elle y a rencontré Pops (Dan Bawinkel ) de ’The Fat Calf Ministries’. Elle a donné tout ce qu’elle avait et quitté son travail pour prendre part à ce ministère. Elle n’avait plus de travail mais elle sentait que Dieu l’avait appelée. Dieu a pourvu à ses besoins et lui a même donné un mari merveilleux. Elle avait une si grande foi. Sa foi est impressionnante et ça ne peut qu’augmenter la notre quand on observe d’autres personnes vivre par la foi en voyant comment Dieu est fidèle si nous lui faisons confiance et lui obéissons.

Joce : Que voudrais-tu que les lecteurs d’Eternel.ch sachent sur Wounded Records

Tonja : Nous n’avons pas de rock stars chez Wounded Records, seulement des groupes qui aiment Dieu et qui utilisent leurs talents pour Lui. Wounded Records existe uniquement pour faire la promotion de groupes, d’artistes et de musiciens en leur permettant de poursuivre leur vision d’utiliser leurs talents pour honorer Dieu dans leurs vies en amenant d’autres personnes à Jésus à travers la musique.

Joce : Souhaites-tu ajouter quelque chose ?

Tonja : Quand tu es dans un groupe, ça n’est pas important si tu vends 100 ou 1000 Cds, ou si tu joues devant 10 ou 10 000 personnes.
Ce qui est important c’est de changer la vie de quelqu’un. Les gens ne se souviennent peut-être pas du nom de ton groupe, mais ils se rappellent que vous avez changer leur vie.
Qu’importe ce que tu fais dans la vie, fais-le pour la gloire de Dieu. C’est ce qui compte réellement.
Soutenez vos artistes chrétiens locaux et de passage... et achetez leurs Cds. Ils ne peuvent pas exister sans votre soutien.


Share |
Imprimer ce document