Jump Ship Quick - Where Thieves Cannot Tread (2012)

publié par Aifix le 12 juin 2012

Jump Ship Quick est un nouveau groupe qui nous vient tout droit du roster de Thumper Punk Records. Autant le dire tout de suite, on est dans le ton de ce que le label nous a offert jusqu’à présent, c’est à dire du punk rock plutôt mélodique. Pour autant, si les précédentes sorties vous ont rebuté, ne partez pas ! Car Jump Ship Quick se démarque un peu de la mêlée...


JumpQuickShip-2012A la première écoute de Where Thieves Cannot Tread, on ne peut pas dire qu’on soit perdu, ou même surpris. En effet, Jump Ship Quick pratique un genre usé nombre et nombre de fois. Nous somme dans le plus pur punk rock mélodique influencé par NOFX ou encore MXPX. Pour autant, ce qui est assez agréable c’est qu’on ne tombe pas dans le pop-punk mielleux de notre enfance (pour les plus vieux d’entre nous !).

Et il faut reconnaître que dans leur style, il ne sont pas mauvais les JQS ! Loin de la même. Les morceaux s’enchainent avec une bonne alternance des rythmes, les soli sont bien placés et apportent de la cohérence aux compos (je pense notamment au terrible He Must Increase). Par moments, on a droit a des morceaux plus rapides, avec un côté punk-hardcore. Ce dernier aspect est renforcé par des textes engagés et radicaux.

Parlons-en des lyrics ! Ils sont variés et vont droit au but. Pas une des 16 compos ne faiblit de ce côté-la. Tantôt plus spirituels, tantôt plus portés sur des sujets de société (comme l’avortement dans Killing For Convenience). C’est une approche intéressante et complète. D’autant que les JQS ne semblent pas être le genre de chrétiens à porter des œillères ! Mais que les punk rockers se rassurent, le groupe ne mâche pas ses mots pour autant et ne manque pas une occasion de dénoncer la folie de notre société et de ses incohérences.

Nous avons donc droit à des morceaux bien joués et plein de sens. Mais est-ce qu’on les entend bien au moins ? Eh bien, oui. Figurez-vous que contrairement à ce qu’on pourrait attendre d’un groupe punk à souhait, la production de Where Thieves Cannot Tread est assez bonne. On entend bien distinctement chaque instrument : la batterie a de la pêche et la basse vibre quand il faut (attention à régler au préalable votre caisson de basse si vous en avez un, au risque de réveiller vos voisins !). Mais, car il y un « mais », le chant est un peu sur-mixé, et c’est là que le bas blesse. Car à mon sens, le seul point noir de cet album, et c’est vraiment dommage, car ça gâche un peu l’ensemble, c’est le chant. En effet, le choix de mettre le chant en avant s’est sans doute justifié du fait que le chanteur est un peu mou. Du coup ça n’a pas du être évident de le faire ressortir parmi les différents instruments. C’est vraiment dommage car on aurait bien vu quelque chose d’un peu plus nerveux, un peu à la 7 Seconds.

Mais bon, ça reste un détail et je suis sûr que les fanas de punk rock feront fi de ce petit bémol et se rueront sur cet album. Et comme c’est la saison ou certains d’entre vous sortent leur skateboard ou leur surf, je ne saurais que trop leur conseiller de charger en même temps Where Thieves Cannot Tread dans leur playlist. C’est la bande-son parfaite pour ce genre de situations !

Pour vous procurer l’objet, rendez vous chez Tumper Punk Records.


Share |
Imprimer ce document