Tourniquet (Xnoizz Flevo Festival 2008)

publié par Lymf le 5 septembre 2008

Dans la tente presse, Luke Easter, le chanteur du groupe, répond à quelques questions.


Tourniquet

- Jérémie : Depuis quand est-ce que vous existez ?
- Luke : Tourniquet existe depuis 1990. J’en fais partie depuis 1993, donc cela fait 18 ans que nous sommes là.

- Jérémie : Votre premier concert aux Pays-Bas était en 1996. Est-ce que tu te souviens de ce qui s’est passé après le concert ?
- Luke : Si je ne me trompe pas, les gens ont commencer à huer et à jeter des choses sur le groupe d’après.
- Jérémie : Exact, c’était Johnny Q Public.
- Luke : En fait, je ne crois pas qu’ils nous huaient nous. Je pense qu’ils huaient car ils voulaient que l’on joue plus longtemps. D’ailleurs on s’est vraiment senti mal pour les promoteurs, les organisateurs, pour Johnny Q. Public, mais d’un autre côté, c’est agréable d’entendre que les gens veulent encore nous voir jouer. C’est l’une des raisons pour lesquelles on le fait.

- Jérémie : Vous avez eu beaucoup de changement de membres, et j’ai vu sur votre site que vous allez jouer ce soir avec un ancien bassiste, qui vous a accompagné sur Crawl to China. Est-ce une réunion d’un soir ou est-ce que ça va durer ?
- Luke : C’est juste un truc d’un soir. Notre bassiste Steve n’était pas disponible pour ce concert, donc nous avions besoin de quelqu’un pour le remplacer, et on connaît Tim depuis longtemps, il a joué sur l’album Crawl to China, et nous a accompagné plusieurs fois en live à L.A., donc on l’a appelé pour savoir s’il pouvait peut-être venir et il en était heureux. J’étais un fan de Stryper quand j’ai grandi, donc je suis vraiment enthousiaste de jouer avec lui ce soir.

- Jérémie : Steve n’était pas disponible car vous avez des boulots à côté ?
- Luke : Oui, en fait, on travaille tous, et normalement ça se passe bien, mais ça n’a juste pas joué pour cette fois. Heureusement, c’est rare.

- Jérémie : Mais ce n’est pas difficile de concilier un boulot et un groupe comme Tourniquet qui est quand même un groupe assez important ?
- Luke : C’est pas si rare que ce que tu penses tu sais. Pour chaque Metallica, il y a un autre Tourniquet qui bosse dur à son travail de jour et qui à côté de cela bosse très dur pour également faire de la musique... Ca te permet d’apprécier encore plus ce que tu fais.

- Jérémie : Et sinon, pour ce soir, vous comptez jouer toutes des anciennes chansons ? Des nouvelles ? Ou un mélange des deux ?
- Luke : On va jouer un mix de tout.

- Jérémie : Après Crawl to China, vous avez sorti un album acoustique. Demain, vous faites une session acoustique. Est-ce quelque chose que vous faites encore souvent ou c’était juste à ce moment là ?
- Luke : En fait, une des premières fois où l’on a joué acoustique était en fait un concert à L.A., où quelqu’un nous a demandé de jouer. C’était un peu bizarre comme demande mais nous l’avons quand même fait, et il s’est avéré que nous avons vraiment apprécié cela... Je pense que pour savoir si une chanson est vraiment bien, il faut que l’on puisse la jouer juste avec une guitare folk et un chanteur, et nos chansons, pour quelque raison que ce soit s’en sortent bien dans cette configuration, donc nous n’avons pas joué autant de sets acoustiques que nous l’aurions souhaité, mais voilà.

- Jérémie : Comment dirais-tu que vos derniers albums ont été acceptés par le public ?
- Luke : Je pense qu’ils ont été bien reçus. On a eu un grand coup de pouce sur le marché séculier avec les deux derniers albums, parce qu’on est signé directement chez MetalBlade pour ceux là, donc ils ont vraiment été bien reçus.

- Jérémie : Est-ce que vous avez des attentes pour ce soir ou pour le futur ?
- Luke : Pour ce soir, on veut juste jouer du mieux qu’on peut. Espérons que tout le monde s’amusera et que Dieu sera glorifié, et pour le futur, on veut juste continuer ce que l’on fait, tant que les gens montrent de l’intérêt et que l’on continue à avoir des idées pour des chansons et des albums.

- Jérémie : En parlant de Dieu, est-ce qu’on peut appeler Tourniquet un “groupe chrétien” ?
- Luke : Je n’ai pas de problème à ce qu’on nous appelle un groupe chrétien car on l’est, mais en général, je ne pense pas à cela, à savoir est-ce que je veux être dans un groupe chrétien ou un groupe non chrétien. Je parle pour moi-même, les autres gars ne sont pas là donc je ne peux pas répondre pour eux, mais pour moi en tant que musicien, j’aime chanter, écrire, jouer, donc je serais dans un groupe, que les autres membres soient chrétiens ou non. Mais ce que tu crois, et ce dans quoi tu es va influencer ton art, et du fait que nous sommes chrétiens, notre vue du monde au travers de notre foi est réfléchie sur notre musique.

- Jérémie : Pourquoi avoir choisi d’appeler votre groupe “Tourniquet” ?
- Luke : La Parole dit qu’Il guérit les coeurs brisés et soigne les blessures. Un tourniquet est un appareil médical qui permet d’arrêter les hémorragies, et tu ne l’utilises qu’en risquant de perdre l’extrémité du membre. Par exemple, si je me coupe au poignet, je vais mettre un tourniquet à mon épaule. Cela va sauver mon corps, mais je risque fort de perdre le reste de mon bras. C’est un peu ce qu’est la relation avec Christ. La vie est quelque chose de vide, parfois douloureux, qui n’a pas de but. Et quand Christ entre dans cette vie, tu risques de perdre certaines choses, mais ce que tu gagnes, ça te donne un but à ta vie ici sur terre, et la vie éternelle quand tu meures. Du coup, ça en vaut la peine.

- Jérémie : Pour finir, quel serait ton message pour les personnes qui te lisent ?
- Luke : C’est difficile car il y a tant a dire. Mais au centre de tout ce que nous faisons, nous faisons de notre mieux pour mettre Dieu à la première place, et tout le reste viendra après. Fais confiance à Dieu, et il s’occupera du reste.


Share |
Imprimer ce document