The Stand - Orbey - Le Vallon (17 avril 2010)

publié par Aifix le 28 avril 2010

Seul groupe à jouer ce soir-la, The Stand avait la lourde tache de retourner la petite salle du Vallon, salle associative un peu perdue au fin fond des montages alsaciennes, ce n’était pas chose aisée.


Le groupe commença de jouer vers 21h. Par chance, le public répondit très rapidement présent et se mit à bien bouger. Malgré le fait qu’ils soient visiblement peu habitués aux us et coutumes du hardcore, nos jeunes gens se remuèrent bien comme il faut et on eut même droit à un circle pit suite à l’appel du chanteur sur un des titres.

Pour ce qui est du groupe, The Stand joua d’abord surtout des titres de son EP, notamment This Is Hardcore qui prend tout son intérêt en live grâce aux chœurs puissants. On remarquera que tous les musiciens avaient un micro, sauf le batteur, un bon moyen d’augmenter le potentiel du jeu de scène.

D’ailleurs à ce jeu-là nos hardcoreux s’en sortirent très bien. Respectant les codes du genre, le chanteur passait de gauche à droite en haranguant la foule. Mais là où il a su trouver sa touche personnelle c’est quand il a proposé un petit concours improvisé et assez original : cinq candidats choisis dans la foule venant au micro les uns après les autres et gueulant quelques mots sur un instrumental basique. La salle continua de chauffer...

Le groupe nous interpréta ensuite deux nouvelles compos, qui bien que parsemées d’un ou deux pains, envoyèrent grave ! Ça laisse présager le meilleur pour la suite. C’est aussi par son son que le groupe a agréablement surpris. Notamment par le fait que le chant semblait bien moins poussif que sur le EP... Une reprise de Comeback Kid et le set se termina évidemment sur le titre fétiche You Know Your Name, achevant de célébrer en décibels le hardcore old school. A notez qu’un des deux guitaristes perdit son ampli à la fin de ce titre. Dans son malheur il a eu de la chance que ce problème technique arrive seulement lors du dernier titre ! Du coup on a pas eu de rappel, mais une invitation à venir bavarder au stand.

Pour finir, un mot sur le message du groupe : rien de très révolutionnaire pour qui est habitué aux groupes de hardcore chrétiens, mais on saluera la sincérité des zicos quand ils parlent de leur Foi et de ce qu’ils vivent. C’était simple, direct, sans être ennuyeux ou trop extrême. Un bon dosage.




Share |