The Death Campaign Project - Self titled (2004)

publié par Fabien le 23 octobre 2005

Né des cendres du groupe de punk old school Officer Negative, The Death Campaign Project n’a néanmoins pas grand-chose de commun avec son grand frère.. Outre le chanteur et ex-leader d’Officer Negative on y trouve également des membres de Hit The Deck (hardcore old school) et akeldama (death metal) pour un mélange a l’image de la diversité des horizons musicaux de ses composants.


The Death Campaign Project - Officer NegativeEn effet, bien loin des clichés du punk, du hardcore ou du death, le projet s’inspire de ceux-ci pour offrir un metal très personnel, oscillant entre metalcore, death metal, black metal, métal progressif, voire même rythmiques punks, le tout baignant dans une ambiance assez sombre. Le concept, comme son nom peut le laisser imaginer, réside dans une imagerie de fin du monde ("la chair meurt d’une nouvelle mort, espérant pouvoir atteindre cet endroit plus élevé. The Death Campaign, c’est là où ce voyage commence" comme le dit la biographie), posant la question de la suite... En regardant superficiellement, on pourrait se dire que les textes ne sont pas extrêmement clairs (les noms "Jésus" ou "Dieu" n’apparaissant qu’épisodiquement voire pas du tout) et pourtant, on sent une grande homogénéité dans les textes, et une grande clarté.

Si l’on devait relever quelques morceaux qui sortent du lot, outre realitiy of emptiness, long morceau instrumental, oscillant entre calme et lourdeur, le tout survolé par un violon assez fascinant, je relèverais The Winter Has Past, qui suit reality of emptiness et qui offre une vision beaucoup plus optimiste, sur des textes de louange assez béton et une musique entre le death et le metalcore, mais toujours très mélodique.

Dans les regrets, il faut relever que l’homogénéité citée plus haut peut rendre le cd fade et peu varié, et le son des guitares est lui aussi un peu trop uniforme par moments, néanmoins, cela reste un cd très agréable a écouter, assez radical, tant musicalement qu’au niveau des paroles. Il aurait pu laisser imaginer le meilleur pour la suite, mais Chad semble avoir laissé ses projets musicaux de coté (Officer Negative ayant définitivement splitté) pour s’occuper de ses enfants, laissant un projet qui était principalement le sien mourir tranquillement dans le silence général (le site n’est simplement plus accessible). On ne peut que regretter cela, mais j’imagine que le groupe était surtout conçu comme un projet/concept et pas destiné a durer...

Un dernier mot pour conclure sur le packaging dans lequel la galette est fournie. Plus qu’une simple boîte de plastique avec un livret contenant les paroles, asterik studio (la boite des frères Clark, officiant dans Demon Hunter) s’est complètement lachée, profitant de la carte blanche laissée par le groupe pour prouver, s’il en était encore besoin, leur talent indéniable, et que leur réputation dans le monde du graphisme (tant chrétien que séculier) n’est pas usurpée. En effet, dans une boîte rose (sic), on trouve un livret composé d’illustrations de livres scientifiques du 18e siècle (ou en tout cas inspiré de) qui colle tout à fait au contenu musical de la galette.


Share |
Imprimer ce document