Take It Back ! - Can’t Fight Robots (2008)

publié par Lymf le 24 juin 2008

Take It Back ! signe le retour du hardcore punk mélodique sur Facedown Records. Le label californien nous avait en effet habitué dernièrement à des groupes beaucoup plus metal. Mais le changement ne fait pas de mal.


Take It Back ! - Can't Fight RobotsDéjà rien qu’en prenant l’album entre les mains, vous savez tout de suite que cela sera différent d’un War Of Ages, d’un Means ou d’un Impending Doom. Dave Quiggle a pour l’occasion concocté une petite pochette sympa, illustrant bien le titre : les cinq membres de Take It Back ! tentant en vain de battre un robot destructeur géant. Ambiance fun, et quelque peu punk dès le packaging donc.

Et cette atmosphère n’est pas prête de changer. Dès les premières notes de Standing On the Edge of Hope, le titre d’ouverture, les riffs hardcore mélodiques, la batterie rapide et la voix tantôt chantée mais cassée, tantôt criée nous emmènent tout droit vers un mélange entre Comeback Kid et Dogwood. Rajoutez à cela quelques breakdowns et des sing-along’s en série, et vous aurez un bon aperçu de Can’t Fight Robots. Le combo, débarquant d’Arkansas, offre une bonne galette, entraînante et passionnée, qui plus est d’une production léchée, ceci grâce au talent de Joey Sturgis (The Devil Wears Prada, Kingston Falls). Chose étonnante pour le genre, la plupart des titres dépassent largement la barre des 120 secondes, se situant plutôt entre trois et cinq minutes. Et ce n’est pas le seul point avec lequel la formation se démarque. En effet, les membres n’hésitent pas à rajouter du synthé, piano ou autres instruments si l’envie leur en prend (comme sur Together, Burning Bright !), et bien qu’à première écoute, cela semble bizarre, cela s’avère au final un excellent choix. On regrettera simplement par moment le timbre de la deuxième voix, qui semble un peu sortir du nez d’un gamin, et qui contraste un peu trop avec la voix cassée de Zack, le chanteur principal.

Au niveau des paroles, les membres semblent être enflammés par une foi ancrée en Christ, et cela n’est pas qu’une façon de parler, le groupe terminant l’album sur un sing-along a capella :

Fill us with passion and burning desire, hearts that are holy
Remplis nous de passion et de désirs brûlants, des coeurs saints

A d’autres moments, le groupe chante des paroles comme “I give you all of me” (Je me donne entièrement à toi), ou encore “And when the clouds won’t part and the mountains won’t move, lift your head for your Savior will rescue you” (Et quand les nuages ne partent pas et que les montagnes ne se déplacent pas, lève ta tête vers ton Sauveur qui viendra à ton secours). Bref, que du bon.

Si vous êtes fans de Comeback Kid ou de Dogwood, vous n’avez pas le choix, vous devez vous intéresser à ce groupe.

www.myspace.com/takeitbackar
www.facedownrecords.com


Share |
Imprimer ce document