Solid Festival (1er novembre 2008)

publié par Philou le 25 décembre 2008

Situé à Bülach, le Solid Festival a, pour sa première édition, proposés aux presque 2000 spectateurs un samedi royal.


A l’image des Croates du groupe ska d’October Light, qui ont fait vibrer et bouger le public zürichois, en mélangeant leurs morceaux et ceux de feu Seekers Planet, le Solid Festival a proposé une programmation de premier choix et une variété des styles qui aura rassasié une salle quasi comble.

Les organisateurs avaient également mis l’accent sur le côté intimiste avec le bar lounge et sa petite scène où se sont déroulés interviews des artistes, sessions freestyles, petits concerts et louange. C’est d’ailleurs dans cet endroit, qui surplombe la partie stands du festival, que Mojo, chanteur de l’ancien groupe de ska OC Supertones, accompagné des membres d’October Light, a témoigné de son chemin de vie avec Dieu : "La vie de chanteur n’est pas toujours ce que l’on croit, on dort et mange très peu, il y a beaucoup de voyages et de stress. C’est le prix à payer pour glorifier Dieu". Pour le saxophoniste croate Marko Horvat, interrogé sur son cheminement personnel, "il faut foncer dans les domaines où nous avons de la facilité et de la compétence". Une session "happy birthday" improvisée a suivi ces témoignages.

Ces interviews réalisées sur la petite scène du bar lounge ont permis à l’assistance de faire plus ample connaissance avec les artistes.

N’oublions pour autant pas la grande scène où, notamment, les Suédois de Mammuth nous ont gratifié d’un show de très bonne facture avec du gros son, ce fut d’ailleurs mon coup de coeur de cette soirée.

L’un des highlights de cette soirée, si ce n’est LE grand moment, aura été la performance de Mojo & October Light où les tubes de OC Supertones ont été interprétés dans un ska festif et déjanté. Le public ne s’y est pas trompé, il aura bougé durant tout le concert des Supertones, euh pardon, je voulais dire de Mojo & October Light.

Après au moins une heure de retard sur le planning, Spoken a eu l’honneur de clore cette première édition du Solid Fest. Le show n’a duré qu’une demi-heure... extinction des feux oblige à 1h30 oblige !

Cette première édition superbe annonce la couleur pour les suivantes. On en salive d’avance.


Share |