Project 86 (CRN 2006)

publié par Lymf le 6 février 2007

Beaucoup d’entre vous connaissent probablement ce groupe. Pour les autres, c’est un peu une honte, sachant que le groupe existe depuis 10 ans, et a tourné avec des groupes tels que P.O.D., Blindside ou Linkin Park. Néanmoins, pour ceux qui ont loupé certains ou tous les épisodes de la vie du groupe, quelques rappels s’imposent.


En 1996, le groupe commence à jouer ensemble, avec pour seul but de jouer de la musique.

« Je ne crois pas qu’on n’ait jamais eu de projets d’arrêter l’école, de sortir autant d’albums, d’être grand comme ça. « Laissons les choses arriver, donnons le meilleur de nous-mêmes, faisons simplement la musique qu’on aime faire, et voyons ce qui se passe ». C’était vraiment le but du groupe : Faire de la musique que nous aimions. » (Andrew)
« J’ai commencé la guitare à l’âge de 10 ans et j’ai toujours aimé ça. Je me souviens qu’on s’est vu et qu’il m’a demandé : « est-ce que tu veux commencer un groupe ? » et on a commencé à jouer. C’est jamais bien compliqué je crois, c’est comme ça que la plupart du temps. » (Randy)

Loin de vouloir être un groupe de louange, les membres veulent simplement parler de choses qu’ils vivent. Du coup, ils se retrouvent quelque peu coincés entre deux scènes, étant trop chrétiens pour les non-chrétiens, et pas assez pour les chrétiens, chose qui aujourd’hui a évolué. « Je crois qu’il y a quelques années, c’était comme cela. Nous n’étions pas assez chrétiens pour les chrétiens, juste un simple groupe de rock, mais pour ceux qui voulaient un simple groupe de rock, nous étions un groupe chrétien. Mais maintenant, ce n’est plus vraiment un problème car vous avez des groupes comme UnderØath, qui sont « cool », et qui sont toujours chrétiens et clairs à ce sujet. Vous avez aussi des groupes comme Thrice, qui sont plutôt réservés quant à leur foi, bien que tout le monde sache qu’ils sont chrétiens, et ils sont toujours bien reçus. C’est vrai qu’il est difficile de plaire aux deux. » confiera Andrew.

Néanmoins, malgré ces difficultés, le groupe obtiendra un contrat avec Atlantic Records pour leur deuxième, Drawing Black Lines, le géant ayant décidé de le rééditer pour le marché général. Après Truthless Heroes en 2002, le groupe se retrouve sans label, étant donné leur départ de Tooth&Nail (qui continuait le marché chrétien) et l’abandon de la part d’Atlantic. Le groupe continue tant bien que mal et sort de manière indépendante en 2003, et ensuite sur Tooth&Nail en 2004, leur album Songs to Burn Your Bridges By, album symbolisant le choix que l’on a quand on a été blessé par quelqu’un de proche. C’est d’ailleurs ce que le groupe veut souligner dans ses deux vidéos pour les chansons « A Spy Hunter » et « My Will Be A Dead Man ».

« Il y a deux intrigues : une sérieuse et la plaisanterie derrière. Le sens derrière les chansons de l’album « Songs to Burn your Bridges by » tournaient autour de l’idée que quand tu es blessé par quelqu’un en qui tu avais confiance, tu es face à une décision, à savoir si tu vas essayer de te venger ou si tu vas passer au dessus, pardonner, l’abandonner à Dieu. Et la pochette de l’album, sur laquelle tu peux voir l’homme avec le trou dans son ventre et son couteau dans le dos symbolise la tension entre pardonner et chercher la vengeance. Mais derrière cela, nous avons essayé de tourner la chanson « A Spy Hunter » en une plaisanterie au sujet de cette envie de chaque groupe de vouloir tuer son chanteur. Le sommet de la plaisanterie étant qu’ils me tuent avec un boulet de canon. À ce moment-là, il y a cette scène avec le trou et le couteau. Ils m’ont blessé, donc c’est mon droit de leur en vouloir, de leur dire : « Regarde, tu as vu ce que tu m’as fait ? ». Avec « My Will Be a Dead Man », on passe à l’étape suivante : la réconciliation. Oui, ils m’ont blessé, oui, ils ont un nouveau chanteur (qui est en passant du groupe He Is Legend). Mais quand je reviens lors de leur répétition, directement, nous nous réconcilions. La plaisanterie à nouveau est que le nouveau chanteur se fait lui aussi tuer. Au final, nous avons une décision à prendre par nous-même, quand nous sommes blessés : chercher la vengeance ou le pardon. Que vas-tu choisir ? » (Andrew)

Tout cela nous conduit donc en 2005, avec la sortie de « … And the Rest Will Follow », avec comme motif pour le groupe « Retour. Retour. Retour ».

« Ce chapitre de notre groupe est au sujet de la croissance, devenir un homme, et prendre nos responsabilités pour qui nous sommes, qui nous avons été. C’est l’heure de saisir nos dons et les vivre pour avoir un impact sur la vie des autres, au nom de la foi, de l’espoir et de l’amour. C’est aussi l’heure d’arrêter de se frapper la poitrine pour les erreurs du passé. Nous avons commencé ce groupe pour influencer la vie des jeunes et c’est cet esprit que nous avons capturé à nouveau sur … And the Rest Will Follow. » (Andrew)

Et que les fans se réjouissent, un nouvel album est en processus. Il sortira probablement avant l’été, et d’après les propos du groupe, il sera plus énergique que le dernier, avec plus de mélodies vocales. Affaire à suivre !


Share |
Imprimer ce document