P.O.D. - Testify (2006)

publié par Marcounet le 24 janvier 2006

Que les fans d’Outkast, de Nickelback, Bon Jovi, Beyonce Knowles, et autres platitudes se réjouissent, P.O.D. leur sert leur soupe MTV avec le très fade Testify. Jubilez teenies boutonneux en mal de sons rebelles (mais vraiment pas trop quand même) P.O.D vous a, dans la même veine que les pâlichons « Sattelite » et « Payable on death » concocté un album digne de vos frêles oreilles.


Payable on Death - Testify Le décor est planté... Sans surprise, P.O.D. a poursuivi son évolution (dérive ? !) musicale à l’occasion de l’enregistrement de « Testify ». L’époque des sons bruts et imaginatifs, des syllabes cinglantes et des barrés sursaturés et désormais révolue, tant pis pour les fans de la première heure. La nouvelle production Atlantic est un melting pot qui propose certes à boire et à manger (ne sombrons pas dans le pessimisme)... mais surtout de la bouillie. Le bébé n’est pas à jeter avec l’eau du bain... mais ce dernier opus a un sérieux goût de piquette inachevée.

Qualitativement, l’enregistrement est très précis, minutieux, rien à redire de ce côté-là. Les morceaux défilent et P.O.D. recrache son son version neo-metal reaggamuffin. Aucun doute, il s’agit bien de P.O.D... mais pas de celui des débuts.

Forts de leurs bagages techniques respectifs les musiciens assurent, c’est un fait... malheureusement, leur potentiel exponentiel n’est pas suffisamment exploité. Bref... une déception mais pas une surprise puisque le quartette poursuit logiquement et linéairement son exploration du ventre mou musical qu’est le métal paramétré MTV.

Pour rendre à César ce qui lui appartient, il serait incorrect de se contenter de tailler en pièces le travail minutieusement accompli par Sonny et sa clique. Les morceaux collent bien, c’est net ! Au-delà de la déception engendrée par un groupe dont l’évolution musicale ne peut que décevoir leurs premiers adeptes, il faut reconnaître que P.O.D excelle dans son nouveau genre. Les productions sont rondes et rebondies, rythmées et léchées... reste que le tout manque de rage et de mordant... des qualités qui furent les principales de P.O.D à sa genèse.

Au niveau des paroles, P.O.D ne laisse pas planer le doute quant à ses convictions... seul inconvénient, les lyrics ne figurent pas sur la pochette. Question de marketing de leur major ? En conclusion et en épurant mon propos de tout purisme musical, cet album plaira à un public large et - espérons-le - perméabilisera à l’évangile toute une génération.

Site web : http://www.payableondeath.com


Share |
Imprimer ce document