My Epic - Yet (2010)

publié par Tobor le 5 juillet 2010

Talent et créativité sont les deux mots qui définissent très bien les impressions à la sortie de l’écoute de l’album Yet que nous propose My Epic. Produit par Dreamt Music ce 10 titres est à consommer sans modération.


JPEG - 23.8 ko

Un peu de douceur dans ce monde de brutes, c’est ce que semble vouloir nous donner My Epic dans un premier temps, mais on se rend vite compte que sous la douceur peut se cacher une certaine violence. En effet, Yet nous emmène là où tout se croise et s’entrechoque, les passages calmes cachent un certain côté psy qui ne manquera pas de vous faire tourner la tête mais pourtant, rien ne devient désagréable, tout est parfaitement dosé et ce côté progressif de l’album n’est pas déplaisant. Les plages s’enchaînent et pourtant, on dirait que tout n’est qu’un seul morceau car tout s’emboîte de manière très contrôlée.

Dès les premières notes, on découvre une très bonne batterie, on est loin de la linéarité que les groupes d’aujourd’hui ont l’habitude de nous servir, d’ailleurs il en va de même pour tous les autres instruments qui sont parfaitement à leur place et qui présentent de nombreuses variations. La voix est également à mentionner, le timbre du chanteur n’est pas vraiment le genre que l’on rencontrerait dans la vague psy du rock, pas forcément accessible à tous néanmoins elle s’emboîte très bien avec la musique que My Epic nous offre. Le chanteur se permet même de pousser la voix parfois et c’est plutôt réussi (attention ne vous imaginez pas des grognements ou autre extravagance du genre, on reste dans le calme). Trouver un genre où classer les gars de My Epic représenterait une tâche assez ardue car ils touchent à plusieurs branches du rock actuelle, on arrive même à y ressentir des influences hardcore certaines pistes contenant des sing along. On ne s’ennuie pas vraiment au long d’un morceau car les changements sont nombreux tout en gardant une certaine ligne directrice, on ne tombe pas dans le chaotique. Des chœur apportent leur contribution à plusieurs reprises lors des différentes pistes, il semblerait même qu’un chœur d’enfants vienne s’inviter sur Lower Still.

Lower Still la piste numéro deux est certainement une des compositions à retenir de Yet. Tout s’y trouve pour être un morceau qui joue sur les frontières de la perfection. On commence avec une sorte de narration chantée pour déboucher sur des sing along, puis sur le chœur dont il a déjà été mention. Pour la suite, la découverte vous revient.

Rapide survol de l’artwork qui est présenté par Dave Quiggle. Très sobre mais pas moins travaillé, on est loin du chaos trouvé sur les pochettes d’albums de metal. L’artwork symbolise le thème principal de Yet, la distance. La galette parle de la distance parcourue ainsi que le voyage qui nous attend encore, à propos de la distance qui nous sépare de Dieu mais aussi de ce qui nous rapproche de lui. On se promène au cours de la musique sur ce paradoxe développé dans cet opus. Le groupe nous fait part de ses réflexions sur le sujet.

Pour conclure, si vous aimez Thrice, Cool Hand Luke ou encore Copeland, cet album est fait pour vous. Si vous êtes curieux, que vous avez envie de tenter l’aventure, de vous envoler dans le monde de Yet et laisser la musique vous faire tourner doucement la tête, n’hésitez pas. Cet album est un très bon représentant du genre et les gars de My Epic n’ont pas à rougir de leur nouveau-né.

Myspace


Share |
Imprimer ce document