P.O.D. - Murdered Love (2012)

publié par Marcounet le 24 août 2012

Pfiou, qu’il a été difficile pour votre serviteur de s’essayer à la critique du nouvel opus de P.O.D. « Murdered Love ». La complexité et l’éclectisme de l’album expliquent ce long accouchement. Alors chef-d’œuvre ou daube ? Honnêtement... On est plus proche du premier que du second qualificatif et c’est tant mieux ! Après une longue traversée du désert, P.O.D revit !


Tout d’abord, soyons clairs ! Tous ceux qui avaient pensé que le faible et poussif When Angels & Serpents dance avait constitué le chant du cygne des dinosaures de San Diego se sont purement et simplement fourré le doigt dans l’œil jusqu’à l’épaule. P.O.D. vit ou plutôt revit ! Le combo cher à Sonny Sandeval livre la marchandise aussi bien qu’à ses premières années. Six ans après l’inutile compilation Greatest Hits : The Atlantic’s Years, P.O.D. revisite sa trajectoire musicale en une galette.

Du punkcore de Snuff the Punk au Nu Metal léché de Satellite tout y passe. Du rapcore des riffs groovy, des parties ragamuffin pour finalement aboutir à des screams et des breakdowns, tout ce qui a fait et fait encore l’essence P.0.D. y passe. Comme si le groupe avait voulu livrer une analyse A.D.N. de ses 20 dernières années. Paroles percutantes voire abrasives en sus !

Pour ne rien gâcher, le quartette californien a renoué avec ses origines productrices en confiant la réalisation de sa galette à Howard Benson, à l’origine des succès planétaires The Fundamental Elements of Southtown et Satellite. Gage de qualité, évidemment, même si on pourra regretter le côté un peu trop parfait d’un son, qui selon les pistes, mériterait de garder l’aspect AOC grailleux. Jamey Jasta (Hatebreed) apporte son concours sur le massif Eyez. Sur le titre éponyme Murdered Love, c’est Sick Jackren (Psycho Realm) qui partage le crachoir tandis que le mythique Sen Dog (Cypress Hill) y va de sa contribution sur West Coast Rock Steady.

En redonnant sa chance à la troupe de Sonny, l’excellent label Razor & Tie ne s’y est pas trompé !


Share |
Imprimer ce document