Maylene and the Sons of Disaster - MATSOD (2005)

publié par Lymf le 1er décembre 2005

La notoriété d’un des membres, Dallas Taylor, qui n’est autre que l’ancien chanteur d’UnderOath, avait permis au groupe d’être connu et ce avant que l’on puisse entendre à quoi il ressemblait. Malgré cela, la surprise est de taille, et Maylene and the Sons of Disaster propose un son bien différent de ce que l’on attendait.


Maylene and the sons of disaster - matsodPour tous ceux qui souhaitaient un groupe dans la veine des anciens UnderOath, je vous annonce tout de suite que vous serez déçus, car ça n’y ressemble absolument pas (pas même la voix). C’était d’ailleurs la volonté du groupe. En effet, celui-ci voulait faire quelque chose de différent des dizaines et centaines d’autres groupes de hardcore de la région, quelque chose qui leur permettait de revenir à leurs racines. On peut dire sans risque qu’ils ont réussi leur mission. Résultat, Maylene est du « Southcore ». Mais qu’est-ce que le Southcore ?

Recette du Southcore

  • Prenez tout d’abord une musique country typique du sud des Etats-Unis (d’Alabama par exemple).
  • Jouez-le avec des guitares saturées.
  • Ajoutez quelques solos de guitares dans le style metal des années 80 et début 90 et rock’n’roll.
  • Rajoutez quelques rifts hardcore, tels que des breakdowns.
  • Prenez une voix criarde, soutenue par des chœurs faisant penser à un groupe de heavy metal.
  • Mixez le tout, et imaginez vous dans un ranch avec tous les cow-boys autour du feu (ce qui est à peu de choses près le thème de leur premier clip vidéo).

Voilà, vous venez d’obtenir votre premier groupe de Southcore.

Plus sérieusement, le groupe alterne les chansons à tendance country, avec des parties plus hardcore ou metal. Du point de vue technique, les guitaristes arrivent vraiment à sortir un son particulier de leurs guitares, ce son chaud du sud. La batterie quand à elle se limite souvent à des rythmes simples mais tellement entraînants, sans abuser de la double pédale. On notera quand même une petite déception du côté de la voix, qui est pour moi un peu trop monotone à la longue, malgré les variations entre les parties criées et chantées.

Pour comprendre un peu les paroles, il faut faire un peu d’histoire... « Le 16 janvier 1935, après vingt ans de crime organisé, torture et meurtres, Maman Barker meurt dans un échange de tirs avec les autorités. Elle et ses 4 fils avaient exploré l’horreur de A à Z dans le sud des USA, mais enfin, justice était faite. »

C’est dans cet esprit que s’inscrivent les paroles de MATSOD. La justice divine est inévitable. Le groupe est formé de 5 personnes qui jouent le rôle des fils Baker, et dans les chansons, ils disent à qui veut écouter qu’une vie menée injustement, rencontrera la justice divine de l’autre côté.

On y trouve également pas mal d’allusions à la foi, comme par exemple dans la deuxième chanson (The Road Home To Panther Creek), avec des phrases comme « If the blinders where just gone, would you then feel Jesus, You’ve seen miracles I know you. Faith comes like the waves » (Si les [aveugleurs] partaient, tu sentirais Jésus. Tu as vu des miracles, je te connais. La foi vient comme les vagues), ou encore dans The Mind Of A Grimes avec « The Lord helps those who seek relief » (le Seigneur aide ceux qui recherchent le soulagement).

En résumé, je dirais que c’est un bon album, avec une musique peu commune. J’ai juste une petite déception par rapport à la voix mais l’ensemble est bon.


Share |
Imprimer ce document