Life After Death - Yverdon (CH) - 29.10.2005

publié par Séb le 4 novembre 2005

Alors qu’Halloween était sur le point de se dresser à nos portes, la salle de l’Amalgame, dans cette cité du bout du lac de Neuchâtel qu’est Yverdon, accueillait une soirée placée sous le signe de l’espoir d’une vie post-mortem et des sonorités énergiques (ou presque) de 3 groupes venus défouler le peuple.


Arrivé sur place avec une certaine avance, j’ai eu tout loisir de redécouvrir ce lieu dans lequel j’étais venu, plusieurs années auparavant, assister à la première édition de feu le Pilou Festival qui avait permis à Space In Your Face, Bad Little Duck, P.M.T. et Bride de se produire sur scène lors d’une mémorable soirée. Si l’on excepte quelques décorations par-ci par là, un sol rénové et bar apparemment récent, la salle est restée telle qu’elle l’était dans mon souvenir ; pas excessivement grande, mais donnant toutefois un agréable sentiment d’espace, agrémentée d’une petite estrade et d’une scène d’une taille tout à fait raisonnable pour accueillir autant des « petits » groupes sans prétention que des têtes d’affiches plus imposantes. L’extérieur quant à lui n’a, me semble-t-il, pas changé d’un iota, l’Amalgame se trouvant au fond d’une cour de zone industrielle vieillotte.

Emilien, le maître d’œuvre de cette Life After Death, paraît singulièrement calme et détendu, alors que l’on serait en droit de l’imaginer stressé et courant à gauche à droite pour mettre au point les derniers détails. Mais l’organisation roule apparemment comme sur des roulettes et chaque bénévole -merci à eux pour leur travail exceptionnel- effectue, selon toute vraisemblance, son job. On sent d’ailleurs la plupart des gens concernés par leurs diverses tâches, donnant un très beau sentiment d’unité qui perdurera sur toute la soirée.

Progressivement les gens arrivent, se saluent, discutent, boivent un verre au bar, grillent une clope, le tout sur fond musical gentiment musclé (en vrac on a pu entendre Soul Embraced, Thousand Foot Krutch, Demon Hunter, Alien Ant Farm ou encore P.O.D.), préparant les oreilles à recevoir la dose de décibels saturés tant attendue. Et si le programme promettait apparemment le début du live à 20h30, il faudra attendre 15 petites minutes supplémentaires pour qu’enfin les Lausannois de Nabokoff débarquent sur scène et s’attaquent à défricher ces terrains tortueux que sont les premières parties de concert.

Nabokoff

Une mèche faussement rebelle, des lunettes à monture épaisse, des jeans plus ou moins serrés, des mélodies douceâtres de temps à autre rejointes par des cris épars, vous l’aurez bien évidemment compris, l’émo est en force dans ce quatuor de la capitale vaudoise. Si le groupe ne se réclame pas d’appartenir à la scène chrétienne, il est de notoriété publique que son bassiste, le désormais légendaire Tyson, véritable amateur de tissu léopard, possède un amour sincère et brûlant pour notre Seigneur Jésus Christ. Il n’hésite dès lors pas à le proclamer plutôt clairement lors de son set. Un set qui, malgré un style qui me laisse plutôt froid, se révèle vraiment sympathique, voir même impressionant. En effet, peu de groupes peuvent se targuer d’avoir un batteur-chanteur qui réussit à maîtriser assez aisément ses deux instruments sur tous les morceaux. Mais les autres musiciens ne sont pas en reste et délivrent une prestation rythmée et enjouée qui contaminera progressivement le public. On entendra de temps à autre quelques membres de la petite troupe d’inconditionnels criant leur passion entre les morceaux, ce qui ne manque pas de rendre l’ambiance de la salle encore plus sympathique et amicale. Après 30 bonnes minutes, Nabokoff quitte la scène sur des applaudissements nourris. Le groupe est exténué mais heureux d’avoir pu commnecé cette soirée qui ne fait que débuter.

Phosphonic

Phosphonic, trio americano-suisse, entre sur scène une 20aine de minutes plus tard. La guitare débute, tranquilement, distillant une ambiance feutrée, face à un public quasi-muet et attentif. Et la machine rock de se mettre en marche. On reconnaît bien vite les connaisseurs qui chantent en chœur les paroles avec le groupe. Phosphonic sera indéniablement le groupe le plus calme de la soirée, malgré quelques passages qui permettent au public de se défouler sans trop se bousculer. Votre serviteur, en bon amateur de bourrineries sans nom, n’y trouvera pas véritablement son compte, si ce n’est dans les prises de vues qu’il effectuera 45 minutes durant avec sa caméra. Le rock posé du trio possède toutefois quelques jolies mélodies que l’on se surprendra bien vite à chantonner avec le groupe, mais malgré tout l’ennui pointera le bout de son nez à plusieurs reprises. Mais si leur style reste calme, voir atmosphérique, leur message est, lui, des plus engagés et démontre une foi en Christ concrète. Le chanteur n’hésitera dès lors pas à prendre du temps entre quelques chansons pour clairement expliquer que Dieu agit encore et toujours et que le message d’espoir de la Bible peut être vécu sans plus attendre. Après plus d’une heure de concert, le groupe termine son set et se verra généreusement acclamé par une bonne partie du public de l’Amalgame qui, cela semble logique, a vraiment apprécié la prestation. La fin du concert de ce 2ème groupe ne fait qu’avancer l’échéance attendue du passage sur scène du 3ème et dernier groupe de la soirée, les américains de Staple.

Staple

Le changement de scène semble prendre plus de temps que le précédent et plusieurs kids motivés se regroupent déjà, se réjouissant d’enfin pouvoir se défouler. Staple arrive sur scène, la musique de fond cesse et le public dirige ses regards sur les 4 musiciens qui s’apprêtent à donner leur premier concert en terre helvétique (Ce sera leur 2ème concert sur continent Européen de leur carrière). Il ne faudra pas attendre bien longtemps pour qu’un gentil pogo se mette en place dès le premier morceau de ce groupe résolument émo. Un set très professionnel, maîtrisé et surtout enjoué. Le style du groupe permet de satisfaire une large palette de gens, puisque l’on passe allégrement de moments mélodieux à d’autres où le groupe se lâche un peu, tentant par deux trois fois de lancer des circle pit dans l’assemblée. Mais le public, relativement jeune en majorité, ne connaît pas encore tous les secrets du mosh, ce qui donne plus souvent des amas de gens se bousculant dans tous les sens pendant que quelques motivés tentent de tourner. Et si les paroles et les morceaux du groupe restent inconnus pour la plupart des personnes présentes, l’accueil sera indéniablement positif et l’on sent les 4 musiciens très heureux d’être ici, ce que le chanteur confirmera par quelques paroles entre 2 morceaux. Après 2 rappels consécutifs de la part d’un public totalement convaincu (ou presque), Staple terminera son concert, laissant la musique de fond reprendre sa place. Le succès du groupe se reportera aussi sur ses ventes de merchandising à la fin de la soirée ; son stand étant pris d’assaut par tout un tas de fans en devenir. On retiendra encore un mémorable petit moment de folie furieuse où quelques dignes amateurs de mosh se laisseront totalement aller alors que plusieurs personnes les observeront avec un intérêt digne d’un anthropologiste découvrant une tribu qui n’aurait jamais eu de contact avec la « civilisation moderne ».

Si rapidement quelques personnes quitteront la salle, une bonne majorité restera encore présente pour discuter, que ce soit avec les groupes ou entre elles, le temps de descendre encore quelques verres ou de détailler les stands à disposition. Puis peu à peu l’Amalgame se vide, les techniciens démontent la scène et déjà l’on se prête à penser à la prochaine soirée, au concert suivant, tout en se disant que « quand même, c’était bien cool ». Emilien semble ravi de sa soirée et malgré tout le boulot qu’il l’attend encore, garde le sourire aux lèvres jusqu’à notre départ, signe d’un organisateur confiant et motivé qui s’est même donné la peine de répondre à nos questions que voici.

Interview d’Emilien, organisateur de la Life After Death

Eternel.ch : Alors, content ?

Emilien
Oui ! très content ! L’ambiance était excellente et les groupes ont vraiment eu du plaisir ! Le groupe ricain nous a vraiment remercié d’avoir pu les faire venir jouer en Europe. Les échos que j’ai eu du public sont vraiment très bons et aussi du coté spirituel de la soirée !!

Qu’est-ce que tu retiendras en premier lieu de cette soirée ?

Que si on remet tout dans les mains de Dieu, tout se déroule parfaitement bien ! Même si je n’ai pas pu couvrir mon budget, les buts principaux de la soirée, qui étaient que le public et les groupes aient du plaisir, ont été atteint ! Et c’est le principal !

Est-ce que l’organisation s’est bien passée et est-ce que tu y changerais quelque chose ?

Oui l’organisation en est-elle même s’est très bien passée ! et je remerci au passage tous les bénévoles qui ont travaillé pour ce concert ! Et un tout grand merci à l’équipe d’intercession et à Dieu !
Ce que je changerais... presque rien, peut-être plus de promotion ! pour que la salle soit complètement pleine !

Life After Death (La Vie après la Mort), pourquoi ce nom ?

Parce que c’est un sujet qui touche autant les non-chrétiens que les chrétiens, et que ca ne fait pas trop "poisson", je veux dire par là que ça sonne pas directement chrétien, parce que je ne voulais pas que les personnes qui voulaient y venir soient retenues par le nom de la soirée.

Soirée chrétienne, mais concrètement qui est Jésus pour toi ?

Mon plus Grand Ami, Celui sur qui je peux compter même quand tout va mal et que j’ai l’impression qu’il me laisse tomber. Il sera toujours là pour m’aider. Il est celui qui est mort pour moi ! pour me pardonner tout mes péchés.

Prêt pour une 2ème édition ?

Totalement ! Si c’est dans la volonté de mon Boss.

Peux-tu déjà nous révéler tes idées de programmation ?

Je ne sais pas encore exactement, mais j’aimerais peut-être faire revenir Staple et un autre groupe hardcore... pour l’instant c’est mon idée... mais elle évoluera sûrement !

Une dernière chose à ajouter, un message, des remerciements ?

Je remercie encore tout ceux qui sont venus à ce concert ! Et tout ceux qui ont travailllé de loin ou de près pour qu’il puisse se réaliser. J’aimerais aussi remercier Boost Management pour son précieux travail. Et aussi les sponsors qui m’ont fait confiance et m’ont permis de réaliser ce projet !

Merci beaucoup Emilien d’avoir répondu aux questions d’Eternel.ch et probablement à bientôt !

Vous trouverez prochainement des galeries de photos de la soirée dans la section correspondante du site.


Share |