Today Forever (Freakstock 2006)

publié par Lymf le 20 août 2006

Quelques heures avant leur concert et dans une ambiance décontractée, Tim et Christian, du groupe de hardcore allemand Today Forever nous parlent un peu du combo, de leur album et du Freakstock.


Christian et Tim de Today Forever
- Lymf (Eternel.ch) : Salut les gars. Pour commencer, pourriez-vous introduire un peu le groupe, comme ça ceux qui ne vous connaissent pas encore peuvent vous situer ?
- Tim (TF) : Ok. Mon nom est Tim, je joue de la batterie dans Today Forever.
- Christian (TF) : Mon nom est Christian et je chante dans le groupe, et les autres membres sont toujours sur la route, donc on va se charger à deux de représenter TF.

- Lymf : Donc vous jouez du hardcore et vous venez de Kassel. Comment est la scène là-bas. Je sais que vous faites pas mal de concerts mais est-ce qu’il y a beaucoup d’autres groupes ou est-ce que vous êtes les seuls ?
- Tim : Pour l’instant, on est le seul gros groupe de Kassel. Il y avait deux autres gros groupes connus dans la scène européenne avant, comme Ryker et Brightside, mais ils ont arrêté il y a quelques années, donc on reste le dernier gros combo.
- Christian : Le seul avec un vrai contrat. Les autres groupes sont beaucoup plus petits, et n’ont pas encore de label, mais bon, ça reste des bons groupes, et la scène est vraiment sympa à Kassel. Beaucoup de gens écoutent du hardcore, il y a des bons concerts. Nous sommes contents, c’est un bon endroit pour un groupe.

- Lymf : C’est vraiment cool. Sinon, depuis moins d’un an, vous avez changé votre composition et vous avez un nouveau bassiste. Est-ce que cela a influencé la vie du groupe et le lives show ?
- Tim : Je crois que ça fait seulement depuis novembre dernier que nous avons Marco à la basse, pour remplacer Christian, comme ça Christian n’a plus qu’à chanter et je crois que c’est vraiment un style différent qu’on fait maintenant. Ça a toujours été un rêve pour nous d’avoir un chanteur qui ne doit que chanter et Christian va vous en dire un peu plus.
- Christian : C’est cool pour moi parce que maintenant je peux vraiment être en contact avec le public. En fait, nous avons de nombreuses parties en « sing along » mais je n’étais jamais capable de, tu vois...
- Tim : Pointer le doigt (en faisant le geste).
- Christian : Voilà. De donner le micro à la foule ou autre, mais maintenant j’en suis capable. Je pense qu’actuellement on a plus d’action. On essayait déjà auparavant, mais je devais toujours chanter et jouer de la basse en même temps, donc pour devenir complètement fou sur scène, c’est beaucoup plus facile maintenant, et je crois que les gens s’en rendent compte. Depuis novembre dernier, nous avons vraiment des concerts un peu « sauvages », beaucoup plus qu’avant, et c’est cool.
- Tim : On se sent beaucoup plus à l’aise sur scène maintenant.
- Christian : Totalement d’accord. C’est bien.

- Lymf : Et est-ce que cela a aussi affecté la musique ?
- Tim : Pas tellement. D’habitude, c’est principalement Dave qui écrit les chansons. Christian le fait aussi mais il le fait avec la guitare, même s’il jouait de la basse. Donc je ne crois pas que ça va changer notre son.
- Christian : Mais c’est bien d’avoir un bassiste qui est un bon bassiste...
- Tim : En fait à la base, il est guitariste. L’automne dernier, on recherchait un bassiste et on le connaissait depuis un moment, et on savait qu’il était un bon guitariste donc on lui a dit : « hey, tu peux jouer de la basse (rires) tu es maintenant le bassiste de Today Forever » et il n’avait pas le choix de dire non (rires).
- Christian : Et c’est un bon bassiste donc ça fait plaisir à l’avoir.

- Lymf : Parlons un peu de votre album The New Pathetic. C’est votre premier album LP. Est-ce que vous pouvez un peu plus détailler la manière d’écrire, comment tout s’est mis en place pour cette composition, parce que c’est un très bon album, la qualité est au top et il y a beaucoup d’émotions...
- Tim : En fait, on ne planifie pas les chansons. Elles sortent simplement de nous. Nos chansons sont composées de plusieurs parties, donc ce n’est pas comme Refrain - Couplet - Refrain avec une structure rigide mais c’est beaucoup de parties combinées ensembles et d’une certaine manière ça va bien ensemble, je ne sais pas...
- Christian : Ca nous prend parfois des mois pour avoir une chanson, parce que c’est beaucoup de parties différentes et il faut que tout s’accorde bien et donc certains titres de l’album sont vraiment vieux, je crois qu’ils ont trois ans ou par là autour...
- Tim : Comme « Adventures or Nothing ».
- Christian : Ces chansons sont vieilles, mais elles ont gagné en maturité avec le temps et les répétitions, donc c’est un des bons points de l’album. C’est vraiment la fin du processus de nos chansons et nous en sommes très contents. Nous avons bossé ensemble dessus et je crois qu’on peut vraiment le dire à la manière dont ça sonne, comment ça colle ensemble. C’est vraiment inspiré de nous tous. Par exemple, Manuel écrit toutes ses parties de guitare lui-même.
- Tim : Il apporte de la mélodie...
- Christian : Oui, il apporte de la mélodie dans le son. Je crois que c’est notre spécificité, de tous être dans le processus d’écriture, et ça va très bien ensemble, ça se remarque à la manière dont ça sonne.
- Tim : En parlant de la qualité, nous voulions que l’album puisse être comparé avec les productions américaines, donc nous avions vraiment de grandes attentes. Nous avons mis beaucoup d’argent pour le studio et l’ingénieur, qui nous a beaucoup aidé pour le son, mais aussi pour quelques parties de chansons avec des mélodies et autre. Nous avons eu de chance de pouvoir travailler avec cette personne, et je crois qu’on peut dire que sans lui, l’album ne sonnerait pas comme il le fait.
- Christian : Oui, il ne sonnerait pas aussi bien que maintenant.
- Lymf : Et qui est cet ingénieur ?
- Tim : Son surnom est Kohle et son studio s’appelle Kohlekeller.
- Christian : C’est vraiment un bon studio, il faut faire de la pub pour lui. Les groupes de partout en Europe peuvent aller là-bas.
- Tim : Même les groupes de Belgique peuvent y aller. Les groupes de metal et hardcore bien sûr.

- Lymf : Ok, c’est bon à savoir. Toujours au sujet du dernier album, vous l’avez tout d’abord sorti sur Guideline Records, mais vous avez aussi un contrat avec Strikefirst Records et l’album sort à la fin du mois d’août. Comment cela s’est-il emmanché ? Qu’est-ce que cela à changé pour vous ? Je veux dire, est-ce que c’est comme un rêve qui devient réalité, est-ce que ça influence votre vie en Europe en vous donnant plus d’opportunités ou est-ce uniquement pour les Etats-Unis ?
- Tim : C’est clairement un rêve qui devient réalité. Pour l’instant rien n’a changé par ici car en fait, personne n’est au courant de ce contrat. Nous sommes toujours les mêmes gars, le même groupe, donc rien n’a changé. Nous connaissons bien les membres d’Opposition of One, nos compagnons de label sur Guideline, qui ont eu cette opportunité sur Strikefirst. On peut dire qu’on est vraiment fier de notre nouvel album et donc nous avons simplement envoyé une démo à Jason, juste pour voir ce qui arriverait...
- Christian : Et en fait il l’a tellement appréciée qu’il a décidé de nous demander de le commercialiser sous Strikefirst. C’était vraiment cool. Nous ne nous y attendions pas du tout car nous avons reçu la réponse vraiment des mois après avoir envoyé la démo. Il nous a simplement envoyé un email en disant qu’il voulait vraiment publier l’album aux Etats-Unis avec Strikefirst et nous sommes contents de l’opportunité. Je crois aussi que c’est une bonne image de dire que nous sommes sur Strikefirst Records, même si ça n’a pas encore bougé pour l’instant. Je suppose que ça viendra dans les prochaines semaines.
- Tim : Peut-être qu’après la tournée aux USA, programmée en novembre, cela nous aidera ici, du moins je l’espère. C’est toujours difficile pour un groupe de notre taille d’avoir plus de concerts. Nous gérons tous nos concerts par nous-même, donc peut-être que ça aidera de dire que nous avons tourné aux Etats-Unis, et que nous sommes sous contrat avec Strikefirst. Je l’espère vraiment.

- Lymf : Vous avez parlé d’une tournée en Amérique en novembre. Avez-vous d’autres projets pour le futur ?
- Tim : Oui. Nous projetons de sortir un nouvel album. Avec de la chance, nous pourrons retourner en studio fin janvier, du moins c’est mon souhait (rires), car nous voulons vraiment sortir un nouvel album en 2007, le plus tôt possible.
- Christian : Nous voulons aussi tourner un clip vidéo pour une de nos chansons.
- Tim : Pour « Better Values ».
- Christian : Ce sont nos plans pour le futur.

- Séb (Eternel.ch) : Vous pourriez nous en dire plus au sujet de cette tournée Outre-Atlantique ?
- Tim : C’est un tour complet de quatre semaines avec les nouveaux venus de Strikefirst. Le 22 août, date de la sortie de The New Pathetic sur Strikefirst, Demise of Eros va également sortir son album, et ceux de Within et Call to Preserve viennent de voir le jour. Donc la tournée s’agencera avec ces quatre groupes. Ça sera le « Strikefirst Newcomer Tour ».
- Lymf : Ca paraît vraiment bien. Il faudra prendre une caméra avec.

- Lymf : Nous voudrions juste poser une question à Christian sur le Freakstock. En fait, nous voudrions savoir quel est ton travail ici et comment tout se met en place pour le festival ?
- Christian : Je fais le booking depuis 2001 pour le FS, c’est moi qui m’occupe de réserver tous les groupes et depuis l’année dernière, je suis un peu une sorte de superviseur pour les réservations et donc les autres viennent me parler de leurs problèmes pour faire les contrats et organiser les groupes et ce qu’ils veulent avoir. Je supervise donc tout le processus de réservation et je prends les décisions qui sont parfois difficiles à trancher certains. Voilà pour mon travail. Par rapport au festival en lui-même, c’est notre douzième édition, et chaque année, il y a de plus en plus de gens qui viennent. Ca en fait un des festivals les plus importants pour la musique alternative, et plus particulièrement dans le milieu chrétien. Et nous sommes fiers d’avoir tellement de groupes de styles différents. Je crois que maintenant nous influençons vraiment la culture. On veut bien sûr avoir des groupes connus, mais nous nous intéressons également à la culture, à faire partie de la culture alternative européenne, et je crois que nous sommes performants là-dedans. Il y a sûrement plus d’informations sur notre site web.

- Séb : En tout cas merci beaucoup, et bon concert.
- Christian : Merci à vous.

Photos de Today Forever : Clique ici
Site internet : www.todayforever.net

Retour à l’article principal


Share |
Imprimer ce document