Day by Day (Holy Noise Night 2006)

publié par Lymf le 1er mai 2006

En fin de soirée, juste avant leur départ, le groupe Day by Day (Punk marseillais) nous a accordé quelques minutes pour une interview.


- Jérémie : Salut, est-ce que vous pouvez juste faire une petite introduction sur Day by Day qui est un groupe de punk français. On peut dire ça comme ça ? On va pas dire punk rock quoi ?
- Jérémie (dbd) : C’est plus punk.
- Jérémie : Donc on va dire un groupe de punk français. C’était pour la Holy Noise Night 2006 le 15 avril, il est tard... on est d’ailleurs le 16. Est-ce que tu pourrais introduire un peu le groupe, les membres...?
- Jérémie (dbd) : Alors moi c’est Jérémie c’est pour le chant et la guitare...
- Jérémie : Non c’est moi Jérémie.
- Jérémie (dbd) : Mais c’est moi aussi, donc pour le chant et la guitare, on a Guillaume pour la batterie et le chant aussi, il y a Virginie qui est au stand qui fait la basse et il y a Olivier et je ne sais pas où il a disparu qui devait nous rejoindre et qui n’est pas venu. Il a du se perdre en chemin qui fait de la guitare... Voilà le groupe, stable depuis deux ans et demi.

- Jérémie : Donc vous êtes un groupe de punk de Marseille... Marseille, c’est pas la porte à côté mais comment est la scène là-bas à Marseille, est-ce qu’il y a du répondant pour ce genre de musique, que ça soit dans le monde chrétien ou séculier.
- Jérémie (dbd) : Bon dans le monde chrétien c’est un peu comme partout en France, ça commence petit à petit donc il faut qu’il y ait plus de groupes qui se fassent et je pense que ça prendra au bout d’un moment. Les gens sont de plus en plus ouverts. Et sinon pour ce qui est de la scène marseillaise, c’est une scène de qualité, il y a pas mal de groupes, principalement de hardcore. Il y a un peu moins de groupes de punk mélodiques si on peut dire même si on ne l’est pas tant que ça. Donc voilà il y a pas mal de rock ‘n’ roll aussi, mais c’est une scène qui est assez vivante, notamment sur disque, qui est pas mal représentée, mais qui a besoin de s’exporter ailleurs, pour pouvoir exister. Parce que quand on fait un concert à Marseille, on a les gens des groupes, les copains, les gens des webzines et quelques curieux qui viennent voir mais c’est vrai que c’est difficile de fédérer un peu tout le monde mais bon, tout le monde se connaît, tout le monde s’entend bien, tout le monde est content de se croiser, et vu la qualité qu’il est possible d’avoir sur Marseille avec les enregistrements et les choses comme ça, les groupes arrivent pas mal à voyager en France, il y en a d’ailleurs qui partent bientôt au Japon, des Marseillais, donc on est content. Voilà, c’est tout pour la scène Marseillaise, vivante.

- Jérémie : En parlant d’exportation, c’est un peu pour ça que vous venez en Suisse, pour la deuxième Holy Noise Night de suite je crois. Vous étiez déjà là à l’édition précédente, et à la Born With a Future. Donc vos impressions sur la soirée qui est maintenant presque finie ?
- Jérémie (dbd) : Nous on est super content à chaque fois qu’on vient, on voit la différence déjà au niveau infrastructure entre chez vous et chez nous.
- Jérémie : Chez eux, moi je suis Belge.
- Jérémie (dbd) : Enfin entre chez nous et chez eux, en général, parce que des salles comme ça, sur Marseille, il n’y en a pas, enfin pas pour ce style de musique en tout cas. Si c’est pas une grosse tête d’affiche, c’est même pas la peine, et puis c’est sympa de voir qu’il y a quand même du monde qui se déplace et il y a un mouvement qui est en train de se créer depuis l’année dernière, où c’était les premières éditions je crois pour les deux soirées, que cette année ça se réitère encore c’est bien, c’est encourageant. Je trouve que ça montre que quand les gens ont les idées, mettent en place quelque chose et se donnent les moyens de faire quelque chose de qualité et qu’ils ont vraiment à cœur de le faire, les gens suivent et c’est plutôt sympa.

- Jérémie : Donc la soirée Holy Noise Night c’est une soirée qui a quand même pour but l’évangélisation et la présentation de Dieu. Je ne sais pas comment vous vous positionnez par rapport à ce genre de message dans le sein du groupe même, par rapport à ce genre de soirée. Est-ce que ça vous dérange de jouer par exemple uniquement dans le monde chrétien ? Est-ce que vous préférez être plus sur la scène séculière ? Je ne sais pas quelle est votre vision aussi par rapport à ça.
- Jérémie (dbd) : Je réponds ? Bon je réponds. Ben en fait, nous ça ne nous dérange pas. On joue autant... plus en France dans le milieu séculier que dans le milieu chrétien ça c’est sûr. Nous ça ne nous dérange pas de jouer justement à l’étranger. Un exemple c’est qu’on est parti en tournée cet été en Allemagne et en Hollande, donc on avait embarqué avec nous quelqu’un qui n’est pas chrétien du tout et donc ça a été un bon témoignage de voir la façon qu’ont les gens aussi en dehors de la France de vivre leur foi et leur ouverture d’esprit. Et notamment au niveau de la musique. Donc voilà, il a pu voir que partir avec Day By Day ça pouvait être rigolo, qu’on pouvait rencontrer des gens sympas, des gens chrétiens biens, parce que bon, on lui avait un peu dit avant de partir : « tu pars avec Day by Day, c’est des chrétiens, tu vas t’emmerder, voilà c’est gentil, tu vas jouer que dans des églises », et en fait il s’est trouvé qu’on n’a jamais joué dans une église, toujours à côté, c’est-à-dire que les salles étaient toujours à côté d’une église mais jamais dans une église. Non nous on joue vraiment n’importe où, et puis on a un peu le même discours partout. On n’est pas un groupe qui prêche sur scène. Ca vient un peu comme ça vient. On ne s’empêchera pas de parler, même si c’est un milieu non chrétien, si on sent que c’est à faire et voilà. Mais c’est important de ne pas avoir de barrières avec le monde extérieur parce qu’on est là aussi pour apporter quelque chose. Donc voilà.

- Jocelyn : Est-ce que vous avez un réel soutien par la communauté chrétienne ou est-ce que vous êtes plus ou moins les parias parce que le rock c’est satanique, tout le monde le sait bien. Enfin vous voyez comment c’est en France, enfin même chez nous malheureusement, la Belgique aussi je crois.
- Jérémie : Ouais c’est satanique.
- Jérémie (dbd) : (rires) La Belgique c’est satanique ? Non on n’a pas vraiment de soutien, dans le sens qu’il n’y a pas d’églises qui nous suivent ou des choses comme ça, mais on sait qu’il y a des gens qui prient pour nous, on sait que les gens ont une ouverture maintenant qu’ils n’avaient pas avant, justement après nous avoir vu, donc c’est bien. Moi j’ai commencé un stage parce que je vais être pasteur l’année prochaine, j’ai commencé dans une église, et le pasteur était un peu déçu en me voyant débarquer le premier jour parce que j’avais des cheveux normaux et tout ça parce qu’il avait lu un article justement sur Day by Day. Donc voilà, en France ça commence à changer. C’est pas la grande ouverture, mais en tout cas, les chrétiens qu’on côtoient et qui nous connaissent, non on n’est pas des parias, on sait qu’il y a des gens qui prient pour nous même en France.
- Guillaume : Et c’est vrai que là ça fait deux ans que vraiment on voit qu’avant dans les rassemblements chrétiens auxquels on allait, en général quand il y avait des soirées musicales c’était le groupe de blues rock, la louange classique et tout ça, et voilà nous on a eu la bonne surprise au début de l’année de se faire inviter dans un week-end de jeunes de notre région, et voilà c’est vraiment pas le style des gens à la base mais ça s’est super bien passé, les gens étaient très contents. Ca a pogoté, même des rappeurs étaient là et ont pogoté parce que voilà ça les changeait un peu. Je pense que c’est pas forcément être parias mais les gens sont contents de voir des choses différentes un peu, de voir qu’il n’y a pas qu’un seul style de musique, qu’il n’y a pas qu’un seul mode de vivre sa foi, il y a différentes façons de s’exprimer, donc petit à petit les gens s’ouvrent.

- Jocelyn : Ouais, et une dernière question, quels sont vos projets... enfin c’est pas la dernière question il y en aura une subsidiaire juste pour le fun, mais honnêtement quels sont vos projets, vous avez déjà un projet d’album ? Des grandes tournées européennes, américaines, signées sur deux ou trois labels américains en même temps ?
- Guillaume : Bon, étant donné que c’est moi qui fait la partie management, c’est moi qui vais devoir parler. Donc niveau projets, depuis l’année dernière on est signé avec un petit label qui se monte sur Paris qui s’appelle Première Partie, et donc voilà (Jérémie applaudit des deux mains, Guillaume en rigolant Smiley qui présente super bien grâce à edustries, entre autre. Donc depuis l’année dernière on a bossé. On a été en studio au mois de janvier pour enregistrer le nouvel album, qui devrait sortir au plus tôt à la mi-mai, parce qu’on va aller le masteriser sur Paris là dans deux semaines. Pour l’instant ce qui se met en place, donc on revient en Suisse pour le Big Boss le 23 juin, on espère voir pour le Freakstock donc on attend un peu, sinon point de vue projets qui sont en train de se mettre en place, on est en train de travailler avec un groupe anglais pour voir peut-être en début d’année prochaine une tournée en Angleterre. Ca s’appelle The First. Alors là, la magie de Myspace qui opère, c’est un groupe. C’est un groupe pas du tout chrétien, rien du tout à voir, un groupe de punk anglais qui nous a envoyé un mail en disant : « on veut monter une tournée l’année prochaine, on cherche un groupe pour venir jouer avec nous, est-ce que ça vous dit de venir ? Comme ça après, si vous en montez une, nous on vient ». Donc on va essayer de monter ça avec eux pour tourner un petit peu nous chez eux et eux chez nous, et sinon, hypothétiquement, on a des petits contacts avec un tout petit truc japonais pour voir pour une distribution de l’album mais c’est encore à voir, et sinon on recherche des dates tout le temps, partout, n’importe où.

- Marc (qui nous à rejoint entre temps) : Donc moi j’ai juste une question ridicule et stupide : plutôt OM ou PSG ?
- Guillaume : Je pense que la question ne se pose même pas.
- Jérémie (dbd) : Non, la question ne se pose même pas... Etant donné que même avec une équipe de CFA, la question ne se pose plus, cette année, carton plein face à Paris. Donc on est satisfait, Marseillais jusqu’à la fin, bientôt la finale à Saint-Denis. On va éliminer Alan vite fait bien fait, avant d’aller à Paris, on espère enfin un titre depuis 12 ans ça fait un peu long. Depuis douze ans on espère un titre pour Marseille. Cette année quand même ça pourrait être la coupe de France, pourquoi pas. Hein Olivier ?
- Jocelyn : Ben on l’espère aussi donc ça va très bien comme ça.
- Marc : (rires) En tant que journaliste sportif, j’ai quand même une question... Quand c’est que l’OM va arrêter de faire des conneries sur le marché du transfert, en coulisse, quand c’est que l’OM arrêtera de jouer la mafia ?
- Guillaume : Alors ça arrêter de jouer la mafia, je ne sais pas si c’est possible à Marseille d’arrêter de jouer la mafia. (une voix en arrière dit quelque chose)
- Jérémie (dbd) : C’est ça le truc, est-ce qu’on n’est pas les seuls à se faire choper ? Le PSG aussi ? Bon ils se font choper aussi. La Belgique c’est un bon pays pour le football (rires).
- Jocelyn : En tout cas, merci beaucoup chers amis, on espère vous revoir très prochainement par ici, parce que franchement c’était bon. Merci.

Pour plus d’infos sur le groupe, vous pouvez aller sur les sites suivants :
Site officiel : www.daybyday-music.com
Label : www.premierepartie.com


Share |
Imprimer ce document