Impending Doom - There will be violence (2010)

publié par Marcounet le 6 novembre 2010

Quatre mois et un certain nombre d’écoutes auront été nécessaires pour tenter d’apprivoiser « There will be Violence », le dernier-né de la famille Impending Doom.


Autant l’écrire tout de suite, l’auteur de cette review n’a jamais croché sur les précédents opus d’Impending Doom et n’apprécie que modérément le deathcore, à quelques notables exceptions près. Le voile étant levé sur l’environnement de cette chronique, il est temps de passer aux choses sérieuses.

C’est au forceps que There will be Violence a su forcer le respect de votre chroniqueur ! Finalement quoi de plus logique pour un opus né dans la douleur puisque durant l’enregistrement de cet album le batteur Issac Bueno et le guitariste Manny Contreras ont quitté le navire ?

Il n’en demeure pas moins que le produit fini sorti des studios de l’incontournable Tim Lambesis (As I Lay Dying) porte le sceau de l’efficacité et que les détails ont été soignés comme jamais dans l’histoire d’Impending Doom.

Ainsi le groupe californien peut se targuer d’avoir su envoyer la sauce à bon escient. Technicité, complémentarité, vitesse et lourdeur conjuguées ont le mérite de donner à cet opus une saveur sans égale qui devrait rapidement l’emmener au firmament du deathcore. La maîtrise de Sieur Lambesis en matière de réglages de distorsion n’y est sans doute pas étrangère, mais la capacité de chaque instrument à garder sa spécificité tout en se mettant au service du groupe donne au tout un goût de « reviens-y ».

Sans perdre une miette du rentre-dedans qui lui avait attiré bien des sympathies à l’heure de dévoiler ses précédentes œuvres, Impending Doom a su diversifier son répertoire et surtout accélérer la cadence, sous la férule de son nouveau bourreau des fûts : Brendon Trahan. La clé de la bonne facture de l’album lui revient sans doute. La lourdeur reste certes la pièce maîtresse du jeu d’Impending Doom et la clarification des guitares donnent un plus non négligeable à There will be Violence. Mais ce qui a indéniablement permis au groupe d’atteindre des sphères qui lui étaient jusqu’ici inconnues est sans aucun doute la féroce fluidité mêlée de puissance dégagée par le percussionniste.

Au niveau des paroles, rien de nouveau sous le soleil d’ID. Envoyez, c’est pesé ! Les lyrics sont claires et épurées de tout 2e degré. La maison laisse à d’autres le soin de faire dans l’humanisme poétique mielleux. Et c’est tant mieux ! Cet opus est évidemment disponible à notre shop

Myspace
Label


Share |
Imprimer ce document