Holding onto Hope - Of the Sea (2009)

publié par Marcounet le 24 février 2011

Premier véritable album d’Holding Onto Hope, Of the Sea a surpris pas mal de monde lors de sa sortie. Annoncée comme un opus de metalcore, cette galette dépasse allègrement les carcans habituels d’un genre parfois sclérosé.


Dans la même veine que les premiers essais de Destroy the Runner, Of the Sea a le mérite de décloisonner un style par trop souvent limité à un concours de vitesse et de sauvagerie plus ou moins harmonieuse.

Surfant sur la vague de groupes tels que Hands et Oceana, HoH n’hésite pas à volontairement imposer un faux rythme à l’auditeur. Réfléchie et confortable, sa musique n’en est pas pour autant ennuyante ou lourdingue. Elle est le fruit d’une étonnante maturité pour un ensemble aussi jeune.

Porté par un jeu de guitares qui n’est pas sans rappeler l’excellent Sofia, le groupe assure également au niveau des vocals. Parlées, chantées ou hurlées, elles ont le mérite d’accentuer le relief d’un album qui n’en manque pas. Difficile de ne pas se laisser submerger par l’impression de quiétude jubilatoire qu’apporte l’opus.

Relativement linéaire parce que parsemé d’interludes atmosphériques, Of the Sea se veut toutefois poignant. On regrettera peut-être quelque peu le manque de transitions incisives et l’absence de gros breakdowns, même si HoH a eu l’intelligence de ne pas verser dans l’Emo béat. Sur certains morceaux, violon et piano viennent forcer le trait d’un climat à fleur de peau particulièrement agréable et volubile. Sur d’autres, gang vocals et changements de rythmes inattendus sont là pour attester de la source d’un son qui se dégage de la norme sans pour autant renier ses origines metalcore. En bref, HoH nous a livré une marchandise originale par le biais du sympathique et précurseur label Come&Live !

Il serait impensable par ailleurs de ne pas s’attarder sur des lyrics qui vous prennent aux tripes et qui ne peuvent assurément qu’attester de la foi profonde qui anime les membres d’HoH. A titre d’exemple, ce passage de What You Make of Me say : « Take my heart, make it yours, You are the Creator, Giver, Destroyer, mold me, make me, shape me, because I want to run ’til my feet grow tired… you’re all that I need », vaut mieux que mille théories fumeuses.

Holding onto Hope sur myspace
Site du label Come&Live !


Share |
Imprimer ce document