Hands - Creator (2009)

publié par Tobor le 15 août 2009

Bienvenue dans le monde lancinant du post-hardcore. Bienvenue dans le monde où puissance et lenteur s’allient pour vous faire parvenir Creator. Tout droit sorti de chez Facedown, cet opus a été créé par le groupe Hands. Il s’agit du tout premier album de ce groupe formé en 2007.


Oubliez vitesse, solos enragés et double pedale destructrice de tympans. Oubliez hargne du hardcore ou brutalité du metal. Ceci dit, tout cela n’est pas remplacé par le monde des bisounours.
Un monde où ambiance et puissance se rejoignent se dresse devant vous.
Hands c’est tout d’abord Shane Ochsner, Josh Silbernagel, Chris Schwartz et Jerik Hendrickson, quatre jeunes de Fargo qui ont décidé de monter un groupe en 2007. Leur ascension fut plutôt rapide puisque 2009 verra la sortie de leur premier album ainsi que d’une tournée avec War of Ages.
Hands nous propose un alliage de riffs lents à un growl grave et lourd qui rappelle celui de For Today, de scream qui peut faire penser à certaine parties d’Underoath ou encore de chant clair, qui malgré tout ne fait pas pencher les compositions du groupe vers le côté commercial de la force. Non tout est bien dosé de plus, malgré la lenteur ou le côté répétitif des riffs qui servent à créer ces ambiances cher au post-hardcore, aucune monotonie ne s’installe. Le quatuor de Fargo a su trouver la bonne mécanique pour nous livrer un album qui n’a rien à envier à leurs confrères de Cult of Luna ou d’Isis dont on sent les fortes influences (le morceau The Heaven and the Earth a un schéma similaire à Echoes de CoL). Ceci dit, les compositions de Hands sont toutefois moins longues que celles de leurs congénères. Elles sont également plus modernes. On sent que le metalcore est aussi passé par-ici.
Les gars de Hands n’usent pas de la large palette d’effets qui leur est mise à disposition pour créer des atmosphères particulières comme on en voit tant dans le post-hardcore outre les distorsions de leur guitare. Leur travail n’en est pas moins élaboré. La batterie apporte également beaucoup de poids aux compositions du groupe, ainsi que des variations aux riffs qui permettent d’éviter un trop plein de répétitions.

Côté paroles, on ne peut pas reprocher au groupe d’être trop implicite. Les gars de Hands n’hésitent pas à afficher leur foi. Chaque piste a un titre plutôt évocateur du contenu des paroles. Le septième morceau de l’album The Least of These nous montre les intentions de l’auteur et le message qu’il veut nous laisser au travers sa musique.
Notez que cette fois-ci l’artwork n’est pas réalisé par Dave Quiggle mais par Nathaniel Navratil.

Voila un album qui ne devrait pas vous laisser indifférent. Qui s’écoute très bien comme musique d’ambiance ou à plein tube dans son auto. On apprend avec plaisir que le post-hardcore n’est pas mort. Ceci dit, dans le cas de cet album on pourrait presque parler de post-post-hardcore car s’il en a les racines, il n’en est pas moins novateur.

Hands sur myspace
Facedown Records


Share |
Imprimer ce document