Gorilla Warfare - The Battlefields (2007)

publié par Aifix le 13 janvier 2009

The Battlefields est le tout premier album de ce groupe de hardcore old school issu de Nashville dans le Tennessee. Le design de la pochette et le titre du disque évoquant un champ de bataille ne laissent pas planer de doute : ça va chauffer. Voyons voir si le contenu de cet objet est au niveau de nos espérances…


C’est Wounded Records qui s’y colle pour ce premier opus du groupe aux 5 membres (dont 3 frères de sang, ce qui est assez rare pour être souligné). Un label indépendant, pas étonnant puisque Gorilla Warfare semble accorder beaucoup d’importance aux valeurs DIY (Do It Yourself), chères au hardcore traditionnel qu’ils jouent. Et ils le joue même plutôt bien les bougres ! En effet, dès le départ, leur gros son sonnant quand même pas mal « new yorkais » fera automatiquement dresser l’oreille des amateurs. On remarque aussi assez rapidement que la 2ème guitare joue un rôle important, et dans certains morceaux (comme Our War, un des grands moments de l’album) elle contribue même à ajouter une touche d’émotion à la brutalité. Autre atout non négligeable : sur certains morceaux 2 chanteurs (aux voix distinctes) se répondent. Ces schémas de type « question / réponse » fonctionnent très bien et rajoutent a l’efficacité de l’album. On se souviendra aussi des changements de rythmes brutaux faisant place a des passages très saccadés, évoquant presque les influences punk/oi ! de nos hardcoreux. Le tout nous est servi à grands coups de riffs basiques mais efficaces et supportés par des chœurs puissants. Ici, on sent que le groupe a tout misé sur l’ambiance, la radicalité et le style. Pas trop de technique, mais quasiment tous les morceaux font mouche sur cet album féroce. En bref, cet album sera recommandé aux fans d’Agnostic Front plutôt qu’aux amateurs de metalcore.

Cette radicalité, on la retrouve aussi dans les lyrics. Et là encore, amateurs de douces poésies, passez votre chemin. Les seules métaphores que vous trouverez dans The Battlefields évoquent la guerre, le combat. Car pour Gorilla Warfare, la vie est un combat spirituel. Le morceau d’ouverture concède d’office qu’on ne peut vivre sans l’Unique, le « fils de Dieu ». Certains critiques ont pointé du doigt ce titre en disant que le groupe aurait pu écrire des textes plus recherchés… Chez Eternel.ch on ne fait pas dans ce genre de mesquineries et on en redemande des textes comme ça ! Ensuite, nos compères partent en croisade contre l’avortement et l’euthanasie (Crusade) puis parlent de leur grande dépression a eux (The Great Depression) et font part d’une très forte ambition pour devenir chaque jour quelqu’un de meilleur et se rapprocher de Dieu.

S’en suit un hommage à la classe ouvrière (Working Class), qui nous ramène a leurs influences punk/oi ! dont a déjà parlé. A notez également le grandiose Our War, qu’on a également déjà évoqué, ainsi que le très efficace The Truth, dont le rythme envoûtant nous ramène tout droit dans les années 80.

Coté artwork, c’est également basique, DIY oblige. Donc mis a part la traditionnelle photo du groupe posant en treillis, sweats noirs et bras croisés (si si, véridique !), on n’aura droit qu’à des dessins de soldats et de champs de bataille. Petite remarque quand même : on n’aurait souhaité que tous les titres aient leurs lyrics dans le livret (pourquoi seulement 8 ?).

Mais une chose est sûre : ce premier album est séduisant ! Espérons que le groupe continue dans cette lancée et que son 2ème opus (actuellement en projet) soit dans la même veine tout en abordant des nouveaux sujets. On souhaite donc a Gorilla Warfare une bonne année 2009 pleine de… batailles !


Share |
Imprimer ce document