Gideon - Cost (2011)

publié par Tobor le 19 mars 2011

Cost, voilà le nom de l’opus proposé par Gideon en ce début d’année 2011. Présenté comme du hardcore In Your Face par Facedown qui a pris le groupe sous son aile, cet album s’annonce plus que prometteur. Reste à savoir maintenant ce qu’il en est.


Le moins que l’on puisse dire c’est que ça commence bien, avec une intro à l’album lourde qui n’est pas sans rappeler les débuts du morceau Devastator de For Today. Cette intro dans laquelle on peut entendre le hurleur crier Save your words, they fall on deaf ears. Save your words for the weak who will listen to you. « Sauve tes mots, ils tombent dans des oreilles sourdes. Sauve tes mots pour le faible qui va t’écouter ». Voilà qui annonce la couleur : Gideon a des convictions et n’a pas peur de les partager. Invitons nos oreilles à écouter la suite musicale de la galette.

En toute logique, la piste suivant l’introduction commence lourdement également, on peut constater que la voix du chanteur évoque vaguement Hatebreed ou A Plea for Purging par moments. Du moins il s’agit un peu du même style de chant avec les mêmes intonations, le même flow comme diraient nos amis rappeurs. On constate aussi une très bonne batterie, de nombreux break et descentes, un style de jeu technique qui rend l’écoute agréable. Petit bémol : la voix claire laisse à désirer par son intervention, donnant une partie assez molle à un morceau qui pourtant est très dynamique et brutal. On peut supposer que cette deuxième piste va annoncer la direction générale de Cost et pourtant il n’en est rien. Enfin si, on reste dans le hardcore mais on constatera rapidement que Gideon tente de nombreux essais et que ça marche plutôt bien. La voix claire ne reviendra que dans Foundation et elle est beaucoup mieux exploitée.

Tout au long de l’album on constate une très bonne balance entre sing along, breakdowns très brutaux, hardcore qui tire fortement vers le thrash ou hardcore mélodique à la Take it Back, des riffs saccadés et tout ce qui plait dans ce genre. On aurait envie de commenter chaque piste l’une après l’autre car chacune présente ses subtilités et mérite qu’on se penche dessus. Chacune peut revendiquer une oreille attentive ainsi qu’une nuque qui effectue ce mouvement de va et vient propre au headbanging. Bref, difficile de se retenir de sauter dans tous les sens à l’écoute de certains passages intenses même si les breakdowns ne sont pas forcément des plus innovants.

Deux morceaux ressortent particulièrement du lot, Gutcheck et Brave New World. Le premier pour ses riffs très lourds et tout simplement bons, mélodieux mais brutaux. Le second pour son mélange hardcore et metal très bien amené, très dynamique et puissant.

Un dernier point mérite encore d’être développé : les paroles. Le moins qu’on puisse dire c’est qu’elles ne sont pas vaines, très hardcore mais également très engagées spirituellement (pour une production Facedown c’est normal). On a même droit à une chanson (si le mot chanson peut être employé pour ce genre musical) contre l’argent et les mensonges. D’ailleurs le songwriter semble apporter beaucoup d’importance à ces derniers, ainsi qu’à la quête de la vérité. Néanmoins on peut reprocher une tendance un peu forte à l’accusation plus qu’aux encouragements, cela est certainement dû à la volonté de dénoncer.

Si l’on regarde Cost d’un point de vue général, on se surprend très vite à arriver à la fin de l’album, c’est presque frustrant mais il vaut mieux ceci que le contraire n’est-ce pas ? Gideon n’oublie pas ses racines et les mélange très bien avec un son plus actuel, il touche à tout et évite la monotonie.

Peut être que le mixage est à remettre en cause car on a néanmoins un sentiment de manque de puissance sur certains morceaux. On s’attendrait à ce que ça tape plus pour du « in you face », les riffs sont au rendez-vous mais ça ne percute pas assez. Enfin n’exagérons rien, cet album est un très bon début pour les Alabamiens chez Facedown. Le combo est donc à suivre de près !

Gideon

Facedown


Share |
Imprimer ce document