Flatfoot 56 - Jungle Of The Midwest Sea (2007)

publié par Aifix le 4 septembre 2008

Déja le quatrième opus pour nos quatre gaillards venus tout droit de Chicago. Musicalement dans la même veine que leur précédent album, Jungle Of The Midwest Sea s’en démarque par ses textes profonds et engagés. Petit voyage dans leur univers fait de cornemuses, de guitares saturées... et d’une touche de spiritualité.


A l’instar d’autres groupes, Flatfoot 56 n’est pas le genre à s’assagir avec l’âge ou à ne plus prendre de risques et se reposer sur ses lauriers. Non, ici on retrouve leur détonant cocktail de musique celtique et de streetpunk teinté par moment de oi ! et de hardcore. Et ça envoie sévère, dès les premiers morceaux de l’album. Les cornemuses et les mandolines ne se sont jamais aussi bien mariées avec les guitares. Bien sûr on serait tenté de faire un parallèle avec les fameux Dropkick Murphys (avec qui ils ont déjà partagé l’affiche). Mais le groupe s’est exprimé sur la question et ne considère pas que leur musique ressemble tant que ca à celle du groupe de Boston... Et effectivement c’est grâce à ce disque que l’on va trouver au fur et à mesure des compositions ce qui les caractérise : cette ambiance positive remplie d’émotion, parfois de mélancolie et bien sur leur streetpunk jamais trop propre qui ravira les fans les plus hermétiques au mélodique.

Une fois les présentations faites on peut s’intéresser au contenu de l’album proprement dit. 14 titres pour découvrir leur vision du monde. Les textes, assez subtils, sont sincères et souvent profonds. Dans Loaded Gun, Flatfoot 56 essaie de sortir de la logique perpétuelle de la violence et propose sa joie de vivre et leur optimisme comme réponse aux conflits et à l’intolérance. Plus tard c’est Dieu qui est à l’honneur : dans City On A Hill, il lance un appel à se remettre en question et se faire tout petit devant le Créateur. Plus tard Standin’ For Nothing raconte la situation d’un martyr sur le point de mourir. A la fin du morceau il lâche cette phrase : "Si tu ne te bas pas pour quelque chose, tu mourra pour rien". Outre le fait qu’un des fans du groupe s’est fait tatoué cette phrase dans le dos, on retiendra précieusement cette leçon de vie. Le morceau Caïn, faisant référence à l’histoire biblique d’Abel et Caïn est également assez marquant. Le chanteur s’adresse ainsi à Caïn en lui demandant pourquoi il a tué son frère. Un thème plutôt classique mais traité d’une façon moderne.

Mais nos compères ne tombent jamais dans le moralisme ou le prosélytisme. Ils restent simple, fidèles à eux mêmes. On pourrait résumer le message de l’album par une phrase de leur titre Bright City : "Mais je sais que dans cette vie il est difficile de croire en ces petites choses que l’ont ne peut pas voir". Les pieds définitivement sur terre, leurs cœurs n’en sont pas moins à Jésus. Et l’album se conclut sur un poignant témoignage nommé Same Ol’ Story (la même vieille histoire). Pourtant, contrairement à ce que prête le titre c’est une fabuleuse histoire sur la rédemption et le pardon de Jésus. L’auditeur ne pourra pas rester insensible après un tel final !

Jungle Of The Midwest Sea est un album de qualité, qui prend aux tripes, qui ravira les fans de punk celtique mais qui permettera aussi aux novices de découvrir ce genre. Ont attend la suite avec impatience !

Flatfoot 56
Flickr Records


Share |
Imprimer ce document