Few Left Standing - Regeneration of Self (2002)

publié par Séb le 14 novembre 2005

"I swallow your soul, I swallow your soul..." -bruit de fusil de chasse qui se braque- "SWALLOW THIS !" -coup de feu à bout portant.(Traduction : "j’avale ton âme, j’avale ton âme... Avale ça !")


Few Left Standing - Regeneration of Self Les connaisseurs auront reconnu cette célèbre tirade tout droit sortie du film culte de Sam Raimi, Evil Dead II, les autres n’auront pas vraiment le temps de réaliser ce qu’il se passe, puisque le coup de fusil amène brutalement un déferlement musical des plus efficaces. Et c’est ainsi que débute l’un des albums les plus percutants qui soient sortis dans le milieu du hardcore chrétien.

Produit par le célèbre et fameux Barry Pointer (à la tête des meilleures productions hardcore et métal dans le milieu chrétien depuis au moins une dizaine d’années) cet album peut se féliciter de posséder un message qui devrait faire figure d’exemple pour bien des groupes tant il est engagé. D’une certaine manière, il représente fièrement ce que fût toute cette vague que l’on appelle le spirit filled hardcore et où l’on trouvait des groupes qui clamaient haut et fort leur appartenance en Christ (fort heureusement ce mouvement renaît progressivement). Comme son message, la musique de Few Left Standing se veut explosive, agissant comme un coup de poing bien placé qui vous met k.o. pendant quelques instants et qui vous fait alors réaliser qu’il s’est passé quelque chose d’inattendu. Le son de Few Left Standing se veut, à l’égal du message, dans la lignée du spirit filled hardcore, à savoir violent, parfois dissonant, sec. Il puise ses inspirations autant dans le oldschool (des lignes de guitares-batterie répétitives et saccadées) que dans un hardcore plus brutal (des envolés à la double pédale ultra puissantes). Et même si l’on pourra émettre quelques reproches sur une voix qui manque un peu de punch et sur des morceaux qui auraient peut-être un poil trop tendance à se ressembler, il serait de bien mauvaise foi que de dire que cet album est dénué d’intérêt. Les musiciens font preuve d’inventivité... quand ce n’est pas de folie furieuse. La preuve par le 3e morceau (Fruitless) qui débute en dévastant tout sur son passage pour ne se calmer que difficilement sur la fin.

Regeneration of Self fait partie de ces albums qui marquent et qui ne laissent pas indifférents. Que l’on soit interpellé par les textes engagés (on peut y lire, au hasard, un refrain tel que : « Satan, I rebuke you, in the name of Jesus Christ ») ou par la force brute de la musique, ce cd réunit des qualificatifs des plus enthousiasmants. Un remède parfait pour les débuts de matinées vaseuses.


Share |
Imprimer ce document