Bloodgood - Dangerously Close (2013)

publié par Marcounet le 1er janvier 2014

Il a fallu attendre 22 ans pour assister au retour fracassant de Bloodgood. « Une génération va, une autre vient », dit l’Ecclésiaste… Mais Bloodgood demeure ! Et les fans, ceux de la première heure comme les nouveaux adeptes, ne remercieront jamais assez les Suédois de DooLittle Group d’avoir eu la bonne idée de distribuer le nouvel opus du combo de Seattle.


Les pères du hard rock chrétien n’ont pas pris une ride. Et mieux encore, les membres historiques Michael Bloodgood et Les Carlsen ont eu la bonne idée de s’adjoindre les services de l’un des guitar heroes les plus réputés de l’histoire du white metal : Oz Fox ! Le guitariste de Stryper complète un line-up recomposé avec les apports de Paul Jackson (gratte – déjà pigiste au sein de Bloodgood lors du départ de David Zaffiro, il y a plus de 20 ans) et Kevin Whisler (fûts - Watchmen).

Dès les premières mesures de « Lamb of God », le ton est donné. Bloodgood reste fidèle à sa trame hard rock. Si l’entrée en matière se veut forcément rassembleuse (comprendre commerciale), la suite de l’album accroche un public déjà conquis à coups de mélodies quasi symphoniques fleurant bon les eighties. Entre deux ballades, le combo de Seattle affermit sa position metal. Le double jeu des guitaristes émérites (quel brio !) fait sans doute de Dangerously close l’album le plus heavy de l’histoire de Bloodgood. Paradoxalement, on se plait à noter également les consonances agréablement bluesy de diverses pistes.

Bien sûr, la voix de Les Carlsen n’a rien perdu de sa typicité. Le chanteur de Bloodgood, qui composait probablement le carré d’as de la vocalise du white metal avec John Schlitt (Petra), Scott Wenzel (Whitecross) et Michael Sweet (Stryper) étonne même par sa prestance sur Father Father, une ballade splendide. Sans doute pour mieux nous en mettre plein les oreilles sur le très heavy Man of the Middle.

Pour terminer cette chronique, je relèverai avec joie que l’écriture de Michael Bloodgood n’a pas pris une ride. Son élan évangélisateur non plus. Ainsi, les paroles de l’album sont une formidable ode à notre Sauveur et Seigneur.

Site du groupe

Shop de Doolittle Group


Share |
Imprimer ce document