Callisto - True Nature Unfolds (2004)

publié par Séb le 14 novembre 2005

La Finlande, pays qui, aux yeux d’une majorité de personnes, reste mystérieux. Un climat plutôt rude, une bonne partie du territoire bien souvent dans une obscurité ou une lumière constante, des longues plaines inhabitées et, par-ci par-là, quelques groupes dans des styles qui ne nous laissent jamais indifférents.


Callisto - True Nature Unfolds Autant mettre les choses au point directement, Callisto ne vous fera ni mosher, ni pogoter, ni slamer de quelque manière que ce soit (à moins que vous vous passiez le cd en l’accélérant une bonne quinzaine de fois, ce qui n’aurait bien sûr plus aucun intérêt). Lenteur, puissance et atmosphère pourraient être les 3 principaux adjectifs décrivant cet album. Desservant un métal mélodieux au rythme posé, le groupe prend son temps pour déployer ses compositions. Et l’on sera bien vite surpris par certaines sonorités qui réussissent à s’imbriquer entre les imposants blocs de guitares ; saxophone, violoncelle, Glockenspiel ou encore une mystérieuse et lointaine voie féminine viendront agrémenter certains morceaux, leur donnant une dimension et une subtilité qui prendra à revers la vigueur à laquelle on pouvait s’attendre. Mais si les musiciens révèlent un certain talent à créer des ambiances musicales étonnantes, les textes, eux, ne servent pas seulement de décoration ou de simple formalité de remplissage. Ici un traitement que l’on pourrait aisément qualifier de poétique est de mise ; les paroles des chansons sont souvent courtes, mais réussissent à faire passer des messages forts sans laisser de véritable doute quant aux convictions du groupe. « My Life, the monolith of loneliness. Fallen am I Lord. Make me complete again . » (traduction : Ma vie, le monument de solitude. Seigneur, je suis tombé/déchu. Renouvelle-moi à nouveau).

Callisto hypnotise par sa musique étrange et rugissante et nous prouve que de grosses guitares et une voix à mi-chemin entre le hardcore et le black typiques de cette région du monde peuvent s’avérer au final plutôt... apaisants. Un album à part et donc logiquement à écouter au moins une fois dans sa vie.


Share |
Imprimer ce document