Bloody Sunday - To sentence the dead (2005)

publié par Fabien le 19 septembre 2006

Après un premier EP (they attack at dawn) sorti chez facedown, le combo de Virginie revient avec un nouvel opus, toujours sur le célèbre label, et un nouveau line-up, le chanteur Keith ayant quitté le groupe, c’est Chris, l’ancien bassiste qui a pris sa place, remplacé par le dénommé Bones à la basse.


Bloody Sunday - to sentence the dead - 2005Quelle différence alors avec le premier EP ? une production plus nette, tout d’abord. Si they attack at dawn était très "garage" dans la qualité sonore, To sentence the dead est lui beaucoup plus clair, sauf pour ce qui est de la voix, qui reste passablement rugueuse, mais, en l’occurrence, ça n’est pas particulièrement un défaut. Là où c’est plus gênant, c’est que si le tempo n’a pas véritablement ralenti entre les deux disques, l’impression d’urgence et de hargne à l’état brut qui se dégageait du EP grâce à cette production "maison" est largement atténuée par la "propreté" de l’album. Cette impression est confortée par le fait que d’un point de vue purement quantitatif, le nombre de morceaux entre les 2 albums est rigoureusement identique, alors que la durée elle est de dix minutes supérieure dans le dernier opus, avec plusieurs morceaux de plus de 3 minutes (et même un qui approche des 4 minutes) alors que dans they attack at dawn, un seul morceau dépassait les 2 minutes 30.

Alors, est-ce que Bloody Sunday s’est assagi, voire pire, assoupi ? Eh bien non, car malgré ces quelques considérations négatives, la hargne est toujours là, le tempo, je l’ai dit, est toujours plus ou moins identique, et le message n’a pas changé. Comme pour une écrasante majorité des groupes de hardcore/moshcore old school chrétiens, les paroles traitent de deux grands thèmes, la scène hardcore, l’amitié, la trahison (ici, pas de références au straight edge, par contre) d’une part, et la foi, au sens large d’autre part. Je relèverai en particulier la chanson False ideas of perfection, dont les paroles ne laissent aucun doute quant à la foi des membres du groupe : "Too many unanswered questions for a world with all the answers. How can we rely on us when we don’t know who we are, or why we are here ?" (Trop de questions pour un monde avec toutes les réponses. Comment peut-on ne compter que sur nous-même alors que nous ne savons pas qui nous sommes ou pourquoi nous sommes là ?). Et la suite est du même tonneau, plus explicite encore..

Deux autres morceaux sont à relever au niveau des paroles : Total Immersion, qui règle son compte au rêve américain, et Fact or fiction, très américain, lui, dans son évolutionnisme radical ("You call evolution a fact, but I call it science fiction" : tu dis que l’évolution est un fait, je dis que c’est de la science fiction)

Un disque tout à fait honnête, radical au niveau du message, radical au niveau de la musique, qui plaira aux amateurs de hardcore massif mais rapide, sans singalongs toutes les fins de phrases, ni breakdowns à donner le vertige...

Bloody Sunday : www.purevolume.com/bloodysunday
Facedown Records : www.facedownrecords.com


Share |
Imprimer ce document