Barth, un ancien freefighter rencontre le Christ - @ Freakstock 2010

publié par Marcounet le 11 janvier 2011

Le Freakstock est très souvent un lieu de rencontres, un endroit où les trajectoires se croisent. Votre serviteur a rencontré Barth dont l’histoire, suffisamment peu banale, a retenu son attention.



Salut Barth, raconte-nous ton histoire, je crois qu’elle en vaut largement la peine

Je suis Barth. J’ai 24 ans et je viens de Cologne où j’ai déménagé il y a un an, en provenance d’Ansbach.

J’ai commencé les sports de combat à 11 ans avec PFS Progressing Filing System. Je me suis ensuite orienté vers le Free Fight. Dans ce contexte j’ai également pris part à des combats underground illégaux. J’ai livré une quinzaine de ces combats et j’étais vraiment bon. Mais j’ai décidé d’arrêter parce que mon dernier adversaire est tombé dans le coma lors de notre fight. Là, Dieu m’a montré très clairement que je ne pouvais pas continuer à me battre de la sorte et être auprès de Lui. Dès lors, j’ai prié pour mon adversaire pour que celui-ci sorte du coma. Ce qui est arrivé une année plus tard. Je lui ai dit que j’avais prié pour lui. Il en était très reconnaissant et m’a remercié pour cela. Il ne s’est toutefois pas tourné vers Dieu. Il ne comprend pas mon attitude, ni ma relation avec Dieu.

Le fait d’arrêter les combats n’a provoqué aucun manque chez moi car j’ai prié pour que Dieu me montre autre chose afin que je puisse utiliser ma force dans d’autres buts. Dès lors, je me suis tourné vers la boxe où je boxe pour moi, sans compétition. Je suis aussi beaucoup plus actif dans la scène hardcore, où je prends bien du plaisir. Le mosh-pit, c’est quelque chose de physique ! (rires). Je vis bien sans combats. Je prie beaucoup pour que Dieu me garde de redevenir agressif comme je l’étais avant et il me comble de nouveautés, de nouvelles expériences.

Deux jours par semaine je travaille dans la rénovation d’immeubles. C’est ainsi que je gagne ma vie. A côté de ça, je retape et tune de vieilles motos avec des amis. Dernièrement, Custombike (le plus grand magazine allemand dédié au tuning moto) nous a rendu visite à l’atelier et a fait un article sur nous. Je bricole également des deux roues au sein de ma communauté des Jesus Freaks, à Cologne. L’an dernier, j’ai parallèlement beaucoup travaillé dans un jardin d’enfants. Les gosses m’aimaient bien. Malgré ma carrure et mes tatouages, ils n’avaient pas peur. Ils étaient contents d’être entourés d’un homme de ma trempe. Certains se dessinaient des trucs sur le bras et m’interpellaient : « Tu vois Barth, je te ressemble ». On peut dire que je suis le plus grand ami des enfants (rires). Mais désormais j’ai décidé de me consacrer à la moto car au niveau social, cela me permet de rapprocher des gens de la scène chrétienne. Je suis moi-même devenu chrétien petit à petit.

Lorsque j’avais dix ans, mon père s’est pendu. J’ai alors commencé à prier. J’ai demandé à Dieu pourquoi et je n’ai toujours pas de réponse à cette question aujourd’hui. Mais c’est la première fois que je suis entré en relation avec Dieu. Ensuite j’ai fait ma confirmation puis j’ai vécu ma vie d’ado avec beaucoup de noces et de partys. Puis, je me suis rendu un soir à un concert organisé par les Jesus Freaks d’Ansbach et je suis resté parmi eux. J’ai recommencé à prier et je me suis tourné vers le Christ. J’ai fait la connaissance de nombreuses personnes et je me suis installé dans une collocation Jesus Freaks. J’ai participé à des groupes de maison où j’ai pu grandir dans la foi et à de nombreuses occasions, Dieu m’a interpellé. A cette période, je consommais encore énormément d’alcool et j’étais encore à fond dans les sports de combat. J’ai beaucoup prié à cet effet, puis j’ai décidé de devenir Straight Edge et Dieu a répondu à mes prières. Je ne bois plus d’alcool, je ne fume plus et j’ai arrêté d’avoir des relations sexuelles en-dehors du cadre de mon couple.


Share |
Imprimer ce document