August Burns Red @ Kofmehl

publié par Marcounet, Séb le 9 novembre 2013

Faire l’expérience live de August Burns Red est toujours un régal. D’abord parce que les gars d’ABR sont parmi les musiciens les plus audacieux de leur génération et ensuite parce que la qualité du son live du combo Solid State possède toujours le double avantage de sonner « live » en étant pourtant proche de l’exécution studio. Pour ne rien gâcher, le jeu de scène et la complicité des gars avec leur public sont de pures merveilles.


Ainsi, nous avions décidé, Seb, Philou et moi de nous rendre au Kofmehl fin septembre pour assister à l’événement incontournable de ce début d’automne, à savoir, la venue d’August Burns Red à Soleure. Seulement voilà, pas d’exquise récompense sans effort. Ainsi avant le somptueux set d’ABR, nous avons dû patienter au rythme des accords de Conterparts puis subir la farce Blessthefall.

Les Canadiens de Counterparts ont été les premiers à faire chauffer la salle avec un menu solide et carré. Pêchu, en plein dans la cible metalcore un brin mélodique, le combo à la feuille d’érable a parfaitement effectué son job. Certes sans génie, ni fioriture, il a toutefois rendu le change et fait le boulot.

L’arrivée de Blessthefall sur les planches suscitait les pires craintes auprès de notre trio raffiné… Elles se sont malheureusement avérées fondées. Servant sa désormais habituelle soupe emocore pour fillettes, BTF a encore réussi à nous surprendre en mal avec un insupportable playback pour l’omniprésente voix claire. Un supplice pour nos oreilles et celles d’une partie de l’auditoire. Par solidarité pour notre photographe Seb, nous avons tenu trois chansons avant de s’exiler à l’extérieur de la salle, bientôt rejoints par une cohorte de fans d’ABR peu enclins à laisser l’horreur BTF assombrir leur soirée.

Bref, on a beau se dire que l’amitié c’est sacré… Mais parmi la foule qui a patienté dehors que le supplice Blessthefall se termine, personne ne regretterait qu’ABR se trouve un meilleur compagnon de voyage lors de ses prochaines tournées européennes…

Puis, enfin est venu le tour d’ABR. Un August Burns Red en mode patron qui a livré une prestation sans bévue malgré l’absence de l’un de ses guitaristes pour cause de paternité imminente. Les titres des vieux albums ont concurrencé loyalement les pistes du dernier opus. Le jeu de scène proposé par un Jake Luhrs hyperactif, les prouesses des ingénieurs du son compilées à l’extraordinaire talent des musiciens a régalé une assistance survoltée. Déchaîné - rarement le pit du Kofmehl aura autant brassé -, le public qui avait rempli la salle au point que la sécurité avait finalement décidé d’ouvrir la galerie supérieure aux fans, ne s’y est pas trompé en acclamant la prestation du quintette américain.

Des shows comme celui-ci, on en redemande !




Share |