As I Lay Dying - The Powerless Rise (2010)

publié par Spike le 10 mai 2010

La période de silence du groupe au cours des derniers mois est comparable au calme de l’océan précédant un raz-de-marée. Trois ans après la sortie de "An Ocean Between Us", As I Lay Dying sort un album qui est sans aucun doute d’une maturité digne de la taille du groupe. Maturité musicale, mais pas seulement ! Le groupe a également visé l’excellence sur l’aspect qualitatif du message apporté par la griffe philosophique de Tim Lambesis.


Cinq albums en dix ans, voilà qui démontre bien que le groupe ne s’est pas reposé sur ses lauriers, mais a bel et bien continué à arpenter le chemin étroit de l’excellence.

Dernier opus en date avant "The Powerless Rise", "An Ocean Between Us", avait marqué un changement assez brutal de style par rapport aux premiers albums. Cela avait provoqué la grande joie de plusieurs mais aussi la déception de ceux qui n’ont pas d’affinités pour les cordes de guitares aux sons plus mélodieux et les clear vocals. "The Powerless Rise" forme probablement un alliage entre le côté rigide et puissant du metalcore digne des premiers albums et la beauté mélodique. Les puristes y trouveront probablement une certaine déception malgré tout ; mais les goûts et les couleurs ne s’accordent jamais à l’unisson, rappelons-le.

La linéarité musicale de "An Ocean Between Us" n’est plus respectée ici. Les chansons s’enchainent, et chacune présente une particularité. Certaines, comme Without Conclusion, sont tellement intenses et brutales qu’elles sont susceptibles de provoquer un arrêt cardiaque aux adeptes de mosh et de circle pits qui oseraient se lancer. D’autres, à l’exemple de Parallels ou Anger and Apathy, renferment des clear vocals absolument exaltants et des riffs à faire pleurer. Mais elles gardent toujours une constante rappelant que c’est du metalcore qui ne manque surtout pas de vigueur ; et non de l’emocore ou du fashioncore.

Tim Lambesis, diplômé en philosophie et en religions, mentionne avoir mis un effort particulier à prononcer les mots clairement pour que l’auditeur puisse comprendre les paroles et le message véhiculé dans les chansons. Lors de l’annonce du titre de l’album, le chanteur explique sa signification :

« Dans notre société, il est question de se montrer fort, très fier et de réussite. Mais il y a un autre genre de force qui se trouve dans l’humilité et la simplicité. Cet album parle de cette philosophie qui n’utilise pas le pouvoir (Powerless Rise). Il est important de comprendre que tout seul, on n’est rien ! On a besoin des uns des autres et c’est justement en étant ensemble que cette façon de voir les choses pourra grandir. »

Lambesis lance une sorte d’appel qui rappelle celui de Jésus et de l’apôtre Paul, il y a 2000 ans.
Un appel… à oser échapper au conformisme :

Stand on conviction and you will walk alone. … Yet solitude is better than a life not worthy of reaction. There is nothing to lose, so we stand alone or join those who follow in misery. – Anodyne Sea


Ose faire face pour tes convictions et tu marcheras seul. Cependant, la solitude est préférable à une vie passive qui n’est même pas digne de provoquer le moindre effet. Il n’y a rien à perdre, alors faisons face seuls ou joins ceux qui suivent dans la misère.

… à choisir la vie ou la mort :

The only constant is change. There’s only growth or decay. – The only Constant is Change


La seule constante est le changement. Il n’y a que la croissance ou le déclin.

… à oser sortir de son (propre) asservissement :

I still believe that there is hope for us, but I believe we must look outside the sanctuaries of oppression that have brought our world so much pain. – The Plague


Je pense qu’il y a encore un espoir pour nous, mais je pense qu’on doit regarder en-dehors de ces sanctuaires d’oppression qui ont apporté à notre monde tellement de souffrance.

… et à oser affronter son orgueil pour aimer son prochain :

Bound to learn the hard way, this is the human condition. There is nothing that can be said to stop us from making mistakes. … The more I focus on myself, then the more helpless that I become. It seems our problems solve themselves when we look beyond us to those truly in hell, when we look beyond our suffering. My trials seem ingnificant now. … Personal redemption cannot change the world unless we down our lives for those who still suffer. – Beyond our Suffering


Condamné à apprendre par la souffrance, c’est la condition humaine. Il n’y a rien qu’on puisse dire qui puisse nous empêcher de faire des erreurs. … Plus je me concentre sur moi-même, plus je m’enfonce dans ma propre perte. Nos problèmes semblent se résoudre tout seuls quand on regarde au-delà de nous-mêmes, à ceux qui sont vraiment en enfer, quand on regarde au-delà de notre souffrance. Mes épreuves me semblent insignifiantes maintenant. … La rédemption personnelle ne peut pas changer le monde à moins qu’on ne dépose nos vies pour ceux qui souffrent encore.

As I Lay Dying n’hésite pas à lancer le pavé dans la marre et de fustiger la poursuite du bonheur du rêve américain de la société occidentale, comme Tim Lambesis l’écrit sur son blog :

« I believe that God is found in the hearts of the weak, poor, oppressed, and those who suffer the injustices brought upon them by others. … So, while we’ve forsaken the poor and oppressed of this world in pursuit of "happiness" we too ended up alone. »


Je crois que Dieu se trouve dans les cœurs des faibles, pauvres et oppressés et ceux qui souffrent les injustices des autres. … Alors que nous avons abandonné les pauvres et les oppressés de ce monde dans la poursuite du "bonheur", nous aussi nous nous sommes retrouver seuls.

site officiel

myspace

label

blog de Tim Lambesis


Share |
Imprimer ce document