Ark of Covenant - Separation (EP - 2011)

publié par Marcounet le 8 août 2011

La recette est bien connue du côté de l’antichambre de Facedown. On décèle le potentiel d’une jeune formation. On la lance via un EP sur Strike First et si c’est quine, on poursuit l’aventure par un album plus mature et plus complexe, si possible labellisé Facedown. Separation ne déroge évidemment pas à la règle et devrait logiquement permettre à Ark of Covenant d’épouser le business plan usuel de l’écurie californienne.


Annoncé comme un groupe de hxc, Ark of Covenant est plutôt à classer dans le rayon Doom-Deathmetalcore. En cinq titres dont une intro assez révélatrice de la suite du menu, le quartette du Connecticut bénéficie d’un poil moins d’un quart d’heure pour convaincre son auditoire de son registre musical. Pas vraiment le luxe de s’offrir des facéties... Et pourtant ! Le dernier titre Separation n’a pas grand-chose à voir avec le contenu ultra pêchu des quatre premières chansons. S’il offre une respiration agréable sur fond musical quasi indy, ce morceau de louange apparaît néanmoins comme un ovni au sein d’un ensemble sinon très homogène. Reste à savoir si après dix minutes de marathon deathcoreux, il était vraiment nécessaire de reprendre son souffle.

Les quatre salves initiales de Separation ne manqueront pas de révéler de nombreux atouts à toute oreille attentive. Vitesse, précision et originalité dans les riffs rivalisent intelligemment avec des breakdowns venus d’outre-tombe et gang vocals fort bien achalandés. Solide et bien envoyée, la dynamique rythmique fait à elle seule de nombreux ravages. Reste à juger de l’utilité réelle des voix claires, certes parcimonieusement employées. La même remarque s’applique aux Pigsscreams qui saupoudrent l’ensemble, sans vraiment s’avérer incontournables. La dernière petite faiblesse de l’oeuvre est sans doute la postproduction. Cette dernière n’a pas su gommer suffisamment le côté "overdrivé" des breakdowns, perdant au passage une partie de l’énergie sauvage véhiculée par le groupe.

En bref, comme tout premier essai, Separation souffle le chaud (beaucoup) et le froid (un peu). Cet EP recèle néanmoins de pépites et semble être à même d’offrir à Ark of Covenant un avenir prometteur.

Label

Myspace du groupe


Share |
Imprimer ce document