Anberlin - Cities (2007)

publié par Lymf le 20 avril 2007

Deux ans après Never Take Friendship Personal et quatre après Blueprints for the Black Market, Anberlin frappe un grand coup avec la sortie de Cities, son troisième album, produit par le talentueux Aaron Sprinkle (Demon Hunter, Dead Poetic, MxPx, …) sur le label Tooth & Nail Records. Après cet opus, il sera difficile au groupe de faire mieux.


Anberlin - Cities - 2007Si les précédents albums du groupe vous ont laissé un arrière-goût d’inachevé (de bonnes idées malheureusement pas exploitées à fond) Cities vous consolera sans peine de par sa maturité, tant au niveau de la composition des chansons, de la production que de l’amélioration technique de ses musiciens et chanteur.

Qui dit meilleur niveau des musiciens dit quasi automatiquement un changement dans le son. Et la chanson d’ouverture, Godspeed, placera le décor en dévoilant les évolutions. Exit le côté un peu emo du passé, Anberlin joue du rock énergique aux influences pop punk. Le groupe ne se prive pas non plus d’ajouter des instruments ou effets additionnels afin de parfaire ses compos. A cette énergie s’ajoute des chansons plus calmes, à la limite de la ballade, qui complètent à la perfection le reste de l’album. Et quelle que soit la situation, la voix de Stephen Christian s’associe parfaitement à la chanson, parlant principalement d’amour et d’expériences de la vie, en abordant des thèmes comme les relations, la dépression et d’autres, d’une manière poétique, ce qui laisse à l’auditeur le choix d’y voir ou non une allusion à la foi des membres.

S’arrêter là serait un crime car je ne mentionnerais pas la chanson de clôture, *fin, titre d’une durée de près de neuf minutes. Elle commence très calmement avec la douce voix de Stephen, sur une guitare claire, quelques percussions et un synthé, pour décoller d’un coup avec l’apparition des instruments à distorsion, de la batterie et de la basse, le sommet de cette progression étant l’intervention d’une chorale sur le refrain. Ce chef-d’œuvre était la meilleure manière dont le groupe pouvait clôturer.

Si vous deviez posséder un seul album d’Anberlin, Cities est bel et bien le choix à faire. A noter qu’il est sorti en deux versions :
- Une version normale comportant 12 titres dont une intro
- Une version de luxe comportant les 12 titres de la version normale, trois chansons bonus, un dvd avec un suivi du groupe lors de l’écriture et l’enregistrement de l’album, ainsi qu’une pochette revisitée.

Anberlin : www.anberlin.com
Tooth & Nail : www.toothandnail.com


Share |
Imprimer ce document