A Plea for Purging - Depravity (2009)

publié par Marcounet le 17 avril 2009

Mille discours ne sauraient mieux définir ce qu’est la ligne dure du metacore que le dernier opus d’A Plea for Purging. Depravity, l’album sophomore de la bande à Dozer s’est en effet rapidement imposé auprès de la critique comme un modèle du genre.


Des morceaux carrés, exécutés sans coup férir, un « onze pièces » livré sans anicroche, le tout pour un ensemble linéaire de qualité. De quoi réjouir les adeptes du genre et défricher les oreilles des plus récalcitrants. Le gang du Tennesse n’a rien laissé au hasard pour sa deuxième galette, livrée par Facedown Records et produite par Joey Sturgis (The Devil wears Prada, Kingston Falls, Burden of a Day, Take it Back, My Children my Bride, notamment).

Si l’on reconnaît de bon coeur le sérieux du travail fourni par les gars de Nashville, cet album facilement classable dans la catégorie « bourrin – pan dans ta face ! » demeure une énigme. Certes tout est délicieusement brutal et sous contrôle. Mais malheureusement, il manque une once de folie. On l’a écrit plus haut, son contenu est linéaire. Chaque titre est de la même veine que le précédent et propose les mêmes caractéristiques que le suivant. Dès lors difficile de ressortir un morceau du lot. Tout est de bonne facture, mais au déroulé des plages, aucune surprise n’attend l’auditeur. Tout est convenu, très bien ficelé, mais convenu tout de même.

Le départ du guitariste Lyle Paschal, dont les audaces à six cordes avaient fait de A Critique of Mind and Thought un album à part, y est sans doute pour quelque chose. Les fans de la première heure pourraient donc rester sur leur faim à l’écoute de Depravity.

Oeuvre de Dave Quiggle et du photographe Taylor Foiles, l’habillage de l’album fait très métal. En beaucoup de noir et peu de blanc, il propose rien de mieux qu’une photo du groupe en couverture. Au fil des pages du booklet, on retrouve des portraits des membres d’A Plea for Purging s’enfonçant peu à peu en eaux troubles et un logo à la "Black Metal" en guise de dos de pochette.

Au niveau de paroles par contre, rien à redire. A Plea for Purging n’y va pas de main morte et c’est tant mieux. Au point même qu’à la dernière page, le combo Facedown imprime en gras sa profession de foi :

« we believe in God, the Fahter Almighty,
the Maker of heaven and earth,
and in Jesus Christ, His only begotten Son, our Lord,
the Holy Spirit,
the communion of the saints, the forgiveness of sins,
the resurrection of the body, the life everlasting,
and we strive to know Him and glorify Him in all that we do ».

A Plea for Purging

Facedown Records

Joey Sturgis

Taylor Foiles

Dave Quiggle


Share |
Imprimer ce document