5,5 questions à Letter To The Exiles (mars 2013)

publié par Frère Informatique le 13 avril 2013

Nous poursuivons cette série d’interviews avec Letter To The Exiles, quatuor metal-hardcore de Long Island qui a sorti fin 2012 une troisième galette dont vous avez pu lire la chronique sur notre site.

Chris, le chanteur, s’est prêté au jeu des questions.


Eternel.ch - Joce : Peux-tu s’il te plaît nous présenter Letter To The Exiles, nous dire comment le groupe s’est formé et comment vous avez choisi son nom ?

Chris  : Letter To The Exiles s’est officiellement formé en 2008. C’est après plusieurs années passées à taper le bœuf dans des caves et à fréquenter les concerts du coin que les membres originels ont posé les bases de notre premier EP "A Call To Arms" et consolidé le nom LTTE. Comme pour tous les gosses grandissant à New-York et aux US en général, il y a une énorme pression sur la jeunesse pour qu’elle réussisse et fasse le nécessaire pour un avenir que notre culture considérerait comme acceptable. Nous voulions un nom qui combatte cette mentalité destructrice qui veut que pour vivre une bonne vie, tu dois te conformer à des normes sociales acceptables. Donc notre nom est tiré de Jérémie 29 dans l’ancien testament « Car je connais les projets que j’ai formés sur vous... » .

Joce  : Quelles sont vos influences et à quoi/qui dirais-tu que vous ressemblez ?

Chris  : Chacun parmi nous a été influencé par divers groupes et différents styles, mais par le passé nous avons tous été attirés par des formations comme Strongarm, Shaid Hulud , Poison The Well, Misery Signals et Hopesfall. Je ne vais jamais prétendre que nous ressemblons exactement à l’un de ces groupes, mais plutôt que notre musique a tendance à être une apothéose de la musique que nous avons conservée au-travers des ans.

Joce  : Qu’est-ce que tu aimerais que les lecteurs d’Eternel.ch sachent à propos de Letter To The Exiles

Chris  : S’il y a une chose que nous souhaiterions que les lecteurs d’Eternel.ch sachent à propos de LTTE, c’est que nous avons tous travaillé très dur et consenti beaucoup de sacrifices pour continuer à jouer de la musique. Nous sommes travailleur dans la construction, garde-bains, ingénieur, gérant de magasin et cinéaste ; mais nous sommes aussi des artistes avec une passion qui nous anime.

Joce : A ton avis, est-il possible de concilier contenu spi et crédibilité artistique ?

Chris  : La question de la pertinence spirituelle et de la crédibilité artistique est à mon avis très importante. Nous l’avons toujours abordée d’une seule et unique façon : bien que nos chansons ne soient pas des chants de louanges ou des cantiques, nous essayons de toucher à quelque chose de vrai concernant l’expérience humaine, et par le biais de cette expérience humaine, une marche de foi. Pour être spirituelle, une chanson n’a pas besoin d’être un chant de louange conventionnel, et il en est pour ainsi dire pareil de la crédibilité artistique aux yeux du spectateur. Les gens trouvent différents arts intéressants ou magnifiques, nous ne pouvons pas être fermés d’esprit au point de penser qu’un chant chrétien ou qu’une chanson d’un artiste non-chrétien ne sont pas spirituels ou pertinents. Nous ne pouvons pas être dédaigneux quand il s’agit d’art. Cet art, cette musique, c’est le moyen de communication que Dieu nous a donné pour partager ce qui nous vient du fond du cœur et pour écouter et comprendre le cœur des autres.

Joce : Est-ce que tu considères ton groupe comme étant un "ministère" ?

Chris  : Je ne crois pas que LTTE se soit étiqueté un jour comme un groupe avec un ministère, et ça n’a jamais été un problème pour nous. Nous vivons tous du mieux que nous le pouvons, chaque jour apportant son lot de grâce et parfois de grandes questions. J’ai toujours vu le concept du ministère comme une vocation particulière avec une action spécifique ayant pour but de servir le Royaume de Dieu. Ce groupe et cette musique ont toujours été notre but quotidien et nous ne pouvons pas nous empêcher d’y mettre nos cœurs et notre foi. Si nous pouvons aider les autres dans le besoin, nous faisons de notre mieux. Si quelqu’un a besoin de prières, ou tout simplement de quelqu’un à qui parler, nous sommes là. Beaucoup de groupes peuvent exprimer leur foi sur scène, ce que je trouve très bien, mais ce que tu dis sur scène ne te dédouane pas de ce que tu fais en-dehors. Nous devons avoir le courage de nous poser la question : faisons-nous tout ce que nous pouvons pour venir en aide aux pauvres, aux faibles et aux opprimés ? Peut-être que cela ne peut pas être un ministère. Cela doit être un mode de vie à part entière.

Joce : Souhaites-tu ajouter quelque chose ?

Chris  : Nous souhaitons remercier tous ceux qui nous ont aidés en cours de route, ceux qui nous ont donné un endroit où nous reposer et ceux qui ont prié avec nous. Cela n’a pas toujours été facile mais le meilleur reste à venir.


Site de Letter To The Exiles
Twitter
Myspace
Facebook
Label


Share |
Imprimer ce document